Livre du mois,

Responsable de la chronique : Martin Lavoie, o.p.
Livre du mois

Pierre Métivier : L’autre morale de Thomas d’Aquin. Son rapport à notre temps

Imprimer Par Martin Lavoie, o.p.

J’aimerais partir du titre du livre. Il s’agit d’une autre morale de Thomas d’Aquin… Autre en ce sens qu’elle n’est pas celle que nous connaissons déjà, … autre parce qu’elle apporte un quelque chose de nouveau, bien en rapport avec notre temps.

Chaque époque se représente l’idéal humain et chrétien de l‘homme, et elle le fait en lien avec les sensibilités qui sont les siennes, avec les outils et connaissances qui sont en sa possession. Dans toute morale il y a ainsi un fond commun, des valeurs universelles, et la marque d’un temps.

Thomas d’Aquin n’a pas élaboré autrement sa morale; il a magnifiquement présenté ce qui était la démarche idéale de tout être humain vers Dieu en tenant compte des sensibilités de ses contemporains et des outils philosophiques à sa disposition.

La tradition morale issue de Thomas d’Aquin, si elle veut lui être fidèle, se doit de réfléchir aujourd’hui non moins en lien avec notre temps.

D’un mot, qu’elle serait cette autre morale comparée à celle que nous présente Thomas d’Aquin? Et comment serait-elle en rapport avec notre temps?

La morale de Thomas d’Aquin est celle du chemin, de notre vie en route vers Dieu, – vie de l’être créé, sorti des mains de Dieu, qui ne trouvera qu’en Lui son bonheur et son accomplissement. Séparés de Dieu, à distance de lui, nous nous préparons à le rencontrer et à vivre avec lui une pleine amitié. Nous sommes alors invités à parcourir le chemin qui nous conduira auprès de Dieu, à prendre la voie étroite qui nous mènera à lui. Comme des voyageurs avisés, nous n’aurons d’autres bagages que ceux qui nous seront nécessaires, et nous éviterons tout ce qui nous dérouterait du but fixé. Ce but étant hors de notre portée, nous le poursuivrons par la grâce qui nous est donnée dans le Christ et dans l’Esprit, et en communion avec les croyants.

L’autre morale est celle de la manifestation. Elle obéit à une logique différente: Dieu est déjà en nous par son Fils et son Esprit, et non seulement dans un au-delà. La vie éternelle est déjà commencée pour nous, et nous avons à manifester cette vie et cet amour de Dieu qui nous sont présents; c’est alors que nous les découvrons en leurs richesses, tout en devenant nous-mêmes des êtres nouveaux. Nous vivons ainsi une vie divine, une vie qui se développe et s’ouvrira de l’intérieur à son accomplissement auprès de Dieu lui-même. Plutôt que d’être sur terre des voyageurs qui se préparent à la rencontre de Dieu, nous sommes des vivants de Dieu, ses complices, qui manifestons sa gloire, son amour et sa tendresse en les incarnant dans notre monde.

La morale de Thomas d’Aquin met l’accent sur les réalités à venir, alors que l’autre morale le met sur les réalités présentes. Ces réalités présentes et ces réalités à venir constituent deux aspects inséparables de nos vies. S’il ne faut pas isoler ces réalités les unes des autres, il importe également de ne pas les fusionner.

Thomas d’Aquin a élaboré sa morale en lien avec la représentation qu’on se faisait au Moyen Âge du temps et de l’histoire humaine. La création avait eu lieu il y avait 6000 ou 8000 ans, et on en était à la dernière phase du temps avant la fin du monde. On vivait peu longtemps, toujours menacé par la maladie et les épidémies. Si bien qu’on reportait sur l’autre vie tout espoir de réalités meilleures et de vrai bonheur.

Nous voyons les choses bien différemment aujourd’hui. Le temps s’est agrandi en milliards d’années et l’univers ne cesse de nous émerveiller. Nous vivons mieux et plus longtemps – nous parlons de notre Occident – , et nous accordons à notre vie présente une valeur en elle-même; elle est un don qui nous est fait et que nous devons développer.

Vatican II, et dans sa suite Paul VI et Benoît XVI, nous invitent, au nom même de notre foi, à travailler à la promotion des peuples et au développement d’une cité juste et fraternelle. En un mot, l’oeuvre de la création est remise entre nos mains. Pouvons-nous introduire dans la morale de Thomas d’Aquin, telle que nous la connaissons, ces vues nouvelles ou ces accents nouveaux qui nous sont proposés?

Bien difficilement, croyons-nous: dans un contexte de chrétienté, qui était celui du Moyen Âge, la grande finalité se situait dans un au-delà, dans la rencontre de Dieu, et tout ici-bas lui était reporté.

Par contre, nous trouvons chez Thomas d’Aquin tous les éléments pour déployer une morale directement soucieuse de la vie présente et de la création à développer: c’est l’autre morale dite de la manifestation. On peut manifester déjà son intérêt à partir de questions comme celles-ci: – le lien de l’amour mutuel des époux et la fécondité du couple dans le mariage; – le double rapport qu’il y a entre les réalités humaines (bonheur humain, cité terrestre) et les réalités divines (béatitude, royaume de Dieu) suivant que ce rapport est envisagé à partir de l’humain puis à partir du divin.

C’est la tâche d’une tradition morale vivante que de pouvoir s’ouvrir à des développements et à des réalités nouvelles. En finale, l’auteur tente de le faire pour la tradition issue de Thomas d’Aquin. Il indique alors comment nous pourrions situer l’une par rapport à l’autre, à l’intérieur d’un même englobant, ces deux morales – celle que nous a léguée Thomas d’Aquin et cette autre morale qui est demeurée non développée dans son oeuvre. Nous invitions les lecteurs et lectrices à le découvrir.


Métivier, Pierre, o.p., L’autre morale de Thomas d’Aquin. Son rapport à notre temps, PUL, 2018.

 

Une réflexion au sujet de « Pierre Métivier : L’autre morale de Thomas d’Aquin. Son rapport à notre temps »

  1. Ghislaine Laporte

    Je m’émerveille de cette présentation! Le Père Métivier m’en avait partagé l’espérance. Désir urgent de me procurer le volume.

    Ghislaine Laporte, s.n.j.m.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livre du mois

Les autres chroniques du mois