Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour le 3e dimanche de l’Avent (B)

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Qui es-tu donc?

 Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1,6-8.19-28.
Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean.
Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.
Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.
Voici quel fut le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? »
Il le reconnut ouvertement, il déclara : « Je ne suis pas le Messie. »
Ils lui demandèrent : « Qui es-tu donc ? Es-tu le prophète Élie ? » Il répondit : « Non. – Alors es-tu le grand Prophète ? » Il répondit : « Ce n’est pas moi. »
Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? »
Il répondit : « Je suis la voix qui crie à travers le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. »
Or, certains des envoyés étaient des pharisiens.
Ils lui posèrent encore cette question : « Si tu n’es ni le Messie, ni Élie, ni le grand Prophète, pourquoi baptises-tu ? »
Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas :
c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis même pas digne de défaire la courroie de sa sandale. »
Tout cela s’est passé à Béthanie-de-Transjordanie, à l’endroit où Jean baptisait.

COMMENTAIRE

Jean le Baptiste doit s’expliquer.  Ses agissements et ses discours en étonnent plusieurs.  On lui demande avec insistance : Qui es-tu? Que dis-tu de toi-même?  Comme si c’était une chose toute simple de répondre à la question : Qui suis-je? Que puis-je dire de moi-même?

Jean, dans sa réponse, proclame finalement le caractère unique et inédit de sa personne et de toute autre personne humaine. Il est, quant à lui, le témoin de quelqu’un que nous ne connaissons pas et qui pourtant est déjà là. De qui sommes-nous les témoins? Qui est celui ou celle qui nous a à ce point marqués que nous puissions nous dire porteur d’une part de son identité?

Par ses réponses, Jean nous introduit dans l’inconfort de notre non-connaissance du Christ et de nous-mêmes.  Il nous fait bien voir que toute connaissance de soi dépend de celle d’un autre; elle est relative à celui ou celle qui s’est révélé à moi. L’autre me servant de miroir en quelque sorte et me renvoyant une part de ma propre image.

Le mystère de Dieu et le mystère de son Christ sont toujours insaisissables pour nous à moins qu’ils ne se révèlent dans l’intime expérience spirituelle qu’ils nous donnent de vivre. Énigmatique et surprenant sera alors le témoignage de celui ou celle que Dieu a ainsi touché de sa lumière, de sa sainte présence!

La connaissance de l’objet de notre foi dépasse-t-elle absolument notre entendement? On nous a toujours dit que Dieu est insaisissable, inconnaissable.  Ou bien Dieu nous aurait-il envahis jusqu’à nous remplir de son évidence, de sa vérité? Comment dès lors réagir autrement qu’en protestant, comme Jean le Baptiste, de notre indignité et de notre extrême pauvreté : « Je ne suis même pas digne de défaire la courroie de sa sandale. » Ce qui ne l’empêche pas d’être témoin de la lumière, comme le souligne le 4ième Évangile.

Voilà bien la merveille de l’Avent : que notre désir de Dieu nous établisse en tension vers lui à partir de notre propre mystère.  Nous sommes plus grands que nous ne le pensons, à cause de Celui qui vient, qui est déjà venu, qui est là et qui viendra… et pourtant si petits devant lui!  Déjà il habite notre monde. Il se tient au milieu de nous. Bien que nous ne le connaissions pas, il nous revêt déjà de sa lumière.  Il nous établit dans la paix. Dans une meilleure connaissance de nous-mêmes. Il anime notre joie. Il est toute paix, toute joie.

2 réflexions au sujet de « Homélie pour le 3e dimanche de l’Avent (B) »

  1. Pinsonneault, Nicole

    De toute beauté! D’une grande profondeur! Vous savez nous faire découvrir un nouveau sens et une nouvelle interprétation des textes bibliques dans des mots riches de sens. C’est une joie de vous lire!

    Répondre
  2. DEROMMELAERE

    C’est une belle découverte pour moi aujourd’hui de lire le texte de l’avent et le commentaire. Quel bonheur et grâce a vous, ma journée sera constructive , la Lumière de L’Evangile illuminera toute ma journée. Je vous remercie et j’attends le prochain rendez-vous. Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Parole et vie

Les autres chroniques du mois