Aventure spirituelle,

Responsable de la chronique : Suzanne Demers, o.p.
Aventure spirituelle

Saint Nicolas de Myre

Imprimer

nicolasLe 6 décembre, les Églises d’Orient et d’Occident fêtent Nicolas de Myre(env. 270-343), l’un des saints les plus populaires de la chrétienté.

On a peu de détails sur sa vie. On sait seulement qu’il est né à Patare, en Lycie, vers 270. Élu évêque de Myre, en Asie Mineure, il prit part, à ce titre, au concile de Nicée en 325.

Selon la tradition, il se montra d’une grande bonté et plein de miséricorde dans sa charge de pasteur. Il alla jusqu’à sauver des femmes de la prostitution, leur donnant l’argent nécessaire pour sortir de leur indigence; il fut aussi d’un grand secours pour un nombre incalculable de petits et de gens victimes de l’esclavage.

Après sa mort, il fut enseveli hors de la ville de Myre. Ses reliques retrouvées au X1e siècle furent transportées à Bari, ville dont Nicolas devint le patron. Cependant sa popularité se répandit au point qu’il est vénéré comme protecteur de bien d’autres villes, et même de pays entiers, comme la Russie.

Outre ce jour, qui est la date de la mort de Nicolas en 343, il est aussi fait mémoire du saint le 9 mai, jour de la translation de ses reliques à Bari.

Tout le Moyen Âge, en Occident comme en Orient, voit fleurir à son sujet des légendes hagiographiques, dont on peut ne citer que celles de Dante et de Jacques de Voragine.

La légende dorée Jacques de Voragine

Un de ses voisins avait trois filles vierges et que son indigence, malgré sa noblesse, força à se prostituer… Dès que le saint eut découvert ce crime, il l’eut en horreur, mit dans un linge une somme d’or qu’il jeta, en cachette, la nuit par une fenêtre dans la maison du voisin et se retira. Cet homme, à son lever, trouva cet or, remercia Dieu et maria son aînée. Quelque temps après, ce serviteur de Dieu en fit encore autant. Le voisin, qui trouvait toujours I’or, était extasié du fait… Peu de jours après, Nicolas doubla la somme d’or et la jeta chez son voisin. Le bruit fait lever celui-ci et poursuivre Nicolas qui s’enfuyait… Et en courant le plus vite possible, il reconnut Nicolas; de suite il se jette à terre, veut embrasser ses pieds. Nicolas l’en empêche et exige de lui qu’il taira son action tant qu’il vivrait.

Témoins de Dieu, Martyrologe universel, Bayard pp. 699-700

 

Une réflexion au sujet de « Saint Nicolas de Myre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aventure spirituelle

Les autres chroniques du mois