Aventure spirituelle,

Responsable de la chronique : Suzanne Demers, o.p.
Aventure spirituelle

Robert, Alberic et Etienne. Premiers abbés de Cîteaux, moines

Imprimer

Dans le calendrier monastique d’Occident, ce jour du 26 janvier est consacré à la mémoire des cisterciens Robert, Albéric et Étienne, premiers abbés de Cîteaux.

Durant la seconde moitié du XIe siècle, Robert, originaire des alentours de Troyes, se fit moine bénédictin. En quête d’une pauvreté et d’une simplicité évangéliques plus grandes, il construisit un monastère dans la forêt de Molesme, qui appartenait au diocèse de Langres; mais en peu de temps la nouvelle fondation devint une abbaye riche et florissante et Robert, accompagné d’une vingtaine de moines, l’abandonna pour continuer ailleurs sa propre quête spirituelle.

Vers la fin du siècle, il s’établit à Cîteaux, mais fut obligé de retourner à Molesme, où il mourut en 1111. La recherche de pauvreté et de simplicité dans les divers aspects de la vie monastique fut alors poursuivie par ses successeurs au nouveau monastère: Albéric et Étienne Harding. Ils guidèrent la petite communauté, par de grandes épreuves, vers une fidélité renouvelée à la Règle de saint Benoît, et ils se mirent à en préciser le style de vie.

Ainsi prit naissance la réforme cistercienne (de Cistercium, nom latin de Cîteaux), qui, avec l’entrée dans l’ordre de Bernard de Clairvaux, prendra une forme et un contenu spirituel demeurés vivants, malgré des vicissitudes diverses et des réformes ultérieures, jusqu’à notre époque.

Lecture

Puisque ni dans la Règle ni dans la Vie de saint Benoît (les fondateurs de Cîteaux) ne trouvaient pas que leur vénéré père eût jamais possédé églises ou autels, et qu’ils ne lisaient pas davantage qu’il ait reçu des offrandes, des enterrements ou des dîmes de qui que ce fût, pas plus que des fournils ou des moulins, ni aucune espèce de bien rural ou de paysans pour ses propres dépendances; puisque aucune femme n’a eu à pénétrer dans le monastère et qu’on n’y ensevelit aucun défunt, exception faite pour sa sœur, ils renoncèrent à tous ces avantages, disant : « Quand notre saint Père Benoit enseigne que le moine doit se rendre étranger aux affaires du monde, il ne fait évidemment rien d’autre que d’affirmer que ces mondanités ne doivent concerner le travail et le cœur des moines.  Et c’est précisément en fuyant de telles œuvres qu’il leur faut être fidèles au nom qu’ils portent. »

Petit exorde de Citeaux 15,5-6

Témoins de Dieu, Martyrologe universel, Bayard  pp. 98-99

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aventure spirituelle

Les autres chroniques du mois