Éditorial,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Éditorial

Plus jamais la Guerre!

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

 

Plus jamais la Guerre!

(Paul VI à l’O.N.U. en septembre 1965)

L’expression n’était pas nouvelle : Nie Wieder Krieg! No More War! Plus Jamais de Guerre! Nunca Jamas Guerra! Nooit meer Oorlog! Aldrig mere Krig! On en a rêvé. On l’a dit et chanté dans toutes les langues. On a cru que c’était possible d’y arriver.

Et pourtant la guerre reprend toujours de plus belle. Aux yeux de toute la famille humaine qui en est maintenant informée en temps réel. Le carnage a une fois encore commencé par la volonté d’un seul homme. Et c’est pour le combat inégal entre David et Goliath. Nous sommes les témoins, ébahis et impuissants, d’un combat singulier qui n’aurait jamais dû avoir lieu. La raison du plus fort sera-t-elle encore une fois la meilleure?

Partout on se met en prière. On lève les bras vers le Ciel. On prend parti. On se désole. On prédit le pire pour l’Ukraine. On ne s’attend à rien de bon pour la Russie. On prévoit même le déclin accéléré et retentissant de Vladimir Poutine. Ne serait-ce là qu’une pensée magique ?

Le président Poutine a vu son mandat sans cesse prolongé, même si, souvent, il a semé la terreur dans son pays. Il a le profil d’un dictateur. Il en a la manière. Personne n’ose ou ne peut le contester. Si jamais quelqu’un ose lui tenir tête, l’homme a tous les moyens pour le faire taire.

Il nous reste à persévérer dans la prière. Nous pouvons aussi appuyer toutes démarches pour calmer le jeu, appeler au dialogue, cesser le feu. Tous les gestes de solidarité pour la paix sont les bienvenus. Les gestes aussi de compassion pour l’Ukraine, l’aide matérielle, les secours direct et indirect.

Au fond, il n’y a rien de neuf sous le soleil. La guerre qui commence prend le relais de milliers de guerres, à plus ou moins grandes échelles, guerres parfois interminables, guerres larvées, guerres ouvertes, guerres civiles et guerres froides!

George W Bush s’en est allé en Afghanistan pour venger le 11 septembre. Il a répondu à la violence par la violence avec des effets épouvantables pour les Afghans et pour les soldats G.I. eux-mêmes. Le conflit a duré vingt ans. La guerre de Corée et celle du Viet Nam n’en finissaient plus. La cruauté était à l’œuvre sur les deux côtés du front. C’était peine perdue!

Hitler avait un rêve insensé dont il a cru trouver l’accomplissement dans un bain de sang. Napoléon avait déjà succombé aux mêmes tentations. Leurs folles ambitions ont ruiné leur pays et toute l’Europe. Les deux grandes guerres (1914-1918 et 1939-1945) ont permis l’émergence d’une idéologie politique qui s’est imposée largement en Europe de l’Est et dans toute la Chine. Cet équilibre marxistes – capitalistes est toujours présent, actif et divisif à souhait! Nous sommes trop dedans pour pouvoir en juger. L’avenir en fera le juste bilan.

L’histoire d’ailleurs nous révèle les malheurs de bien des guerres passées dont le sang a taché nos mains de « bien-pensants » et de complices. Rappelons-nous les autochtones des Amériques du Nord et du Sud, qui du 16e au 18e siècle, ont dû céder leur terre, leur identité et même leurs existences devant les avancées conquérantes de l’Espagne, de l’Angleterre et de la France, et dans une moindre mesure des Pays-Bas et du Portugal.  Toujours c’était une même ambition de pouvoir et d’avoir, la volonté de dominer, l’opportunité de piller, d’exterminer ceux qui contestaient, ceux qui vivaient en paix et qui n’avaient aucun intérêt à la guerre.

Espérons que le présent conflit entre la Russie et l’Ukraine nous serve de leçon. Veillons à ce qu’il ne dégénère pas. Travaillons sans relâche pour la paix, une paix durable, d’où pourront naître et s’affermir la justice et le respect entre tous les peuples de la terre.

 

Jacques Marcotte, O.P.

Québec, QC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Éditorial

Les autres chroniques du mois