Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour le 3e Dimanche de l’Avent (C)

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Joyeux d’une joie divine !

« Il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle. » La liturgie de ce dimanche nous parle de la joie avec beaucoup d’insistance. C’est pour dire la joie de cette Bonne nouvelle finalement que Jean Baptiste annonçait à la foule, à tous ceux qui venaient à lui. Le Christ est tout proche. Il est là au milieu de nous.

Le prophète Jean ne prend pas avantage pour lui-même de cette popularité dans laquelle il se trouve. Il reconnait plutôt avec humilité : « Il vient, Celui qui est plus fort me moi. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. » En voulant dire : il fera de vous des êtres nouveaux, purifiés, un bon froment pour Dieu. Vous serez lavés dans l’Esprit Saint, dégagés de toutes vos souillures. Voilà une vraie bonne nouvelle pour tout ce monde qui se demande quoi faire et comment faire pour plaire à Dieu ; comment se convertir pleinement ; comment enfin trouver la paix et le bonheur ?

Avec moi vous en êtes au stade de la préparation, suggère le prophète Jean. Je vous ai baptisés dans l’eau pour exprimer votre conversion sincère. Et quand vous me demandez : « Que devons-nous faire ? » Alors je vous dis qu’il vous faut être honnêtes les uns à l’égard des autres, qu’il vous faut chacun, chacune prendre soin des autres. Partager de vos biens, de votre nourriture en faveur de ceux qui n’ont pas ce qu’il faut.

Et le prophète de préciser : Je vous dis à vous les publicains, les gens d’affaires, de ne pas exiger plus que ce qui vous revient. A vous aussi les soldats, j’ai demandé que vous ne soyez pas violents, ni abuseurs, ni voleurs. En fait je ne vous demande rien d’extraordinaire. Seulement d’être justes et corrects et bons les uns à l’égard des autres. Tout cela c’est important, c’est la bonne façon de vous préparer pour la venue de Celui qui vient, le Christ.

Mais, ajoute le Baptiste, avec Lui ce sera plus profond et bien différent ! Car alors, c’est Lui qui agira en vous. Il vous transformera du dedans. L’Esprit Saint dans lequel vous serez baptisés fera de vous des êtres nouveaux, des êtres d’amour et de paix. Et vous serez alors inspirés par Lui, ivres de la joie de Dieu lui-même.

Le prophète Sophonie dans la 1ère lecture le pressentait déjà quand il disait : « Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour. Il exultera pour toi. » Comment ne pas vibrer, communier à cette joie que le Seigneur lui-même trouve en nous. Un amour qui nous renouvelle pour notre plus grande joie.

Et à ce sujet le texte de s. Paul dans sa lettre au Philippiens, n’est pas en manque. L’exhortation de l’Apôtre se fait pressante. Nous avons le devoir d’être joyeux, parce que nous avons toutes les raisons de l’être.  Le Seigneur est proche. Et cette proximité du Seigneur dans nos vies par la foi devrait chasser toute inquiétude et toute tristesse de nos existences. Tournez-vous vers lui pour le prier et le supplier, ajoute S. Paul, en rendant grâce pour tout ce qu’il vous permet de vivre. Prier, c’est comme respirer en Dieu. C’est un acte vital du croyant. C’est comme ouvrir la porte au Seigneur pour qu’il vienne, pour qu’il entre dans notre vie et nous harmonise parfaitement à sa propre vie.

Alors une paix immense gardera nos cœurs. Et nous rayonnerons la joie, la paix de Dieu. « Que votre bienveillance soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche », conclut S. Paul. La bienveillance, c’est un peu notre marque de commerce, c’est ce qui nous distingue comme chrétiens dans le monde. À cause de cette présence aimante du Seigneur en nous, une présence que nous reconnaissons et que nous célébrons dans notre assemblée eucharistique du dimanche, dans nos cœurs et notre vie de chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois