Nous deux,

Responsable de la chronique : Caroline Pinet
Nous deux

Les visages de l’amour

Imprimer Par Caroline Pinet

 

L’amour conjugal est l’un des plus beaux reflets de l’amour de Dieu. Il traduit l’alliance, le partage par la mise en commun, la fidélité, la persévérance, le pardon, la multiplication…

Ce chemin, a priori privilégié par bon nombre d’humains sur terre, n’est pourtant pas le chemin le plus facile à suivre pour témoigner de l’amour. Peut-être est-ce dû à Hollywood qui a mis beaucoup d’accent sur l’aspect passionnel de l’amour conjugal, provoquant une confusion entre sentiment du domaine du ressenti et l’amour lui-même. On ne peut nier la beauté enivrante qu’il y a dans le sentiment amoureux ! Elle est à la base bien souvent de ce qui permettra ensuite de vivre l’amour conjugal profond. Mais le limiter à cela est fort réducteur pour l’amour au sens large.

Hollywood nous a inculqués des schémas puissants et nous a sans doute mal préparés à la vie à deux. Il a mis tant d’accent sur l’ivresse des sentiments qu’il a trompé nos attentes raisonnables du mariage. Hollywood n’est pas la meilleure préparation au mariage qui soit pour la vie à deux !

Alors qu’est-ce qui nous y prépare le mieux ? Ce sont, sans aucun doute, tous les témoignages d’amour dont nous sommes témoins subrepticement au fil de nos vies. Cela peut-être l’amour conjugal de différents couples qui nous entourent, dont celui de nos parents. Mais les témoignages d’amour ne se limite pas aux amoureux. Être témoin de l’amour, peu importe sa forme, nous prépare à aimer. Cet amour peut être celui d’une mère à son enfant, celui du héros qui sauve des vies en risquant la sienne, ou celui qui donne la sienne au service des autres. L’amour est un dépassement de soi. Il se reconnaît dans la capacité de l’humain à dépasser son égoïsme pour aimer l’autre comme soi-même et à considérer l’intérêt de l’autre au moins autant que le sien sinon même au-delà du sien propre. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis (Jean 15:13).

On dit souvent que l’on ne peut donner ce que l’on n’a pas reçu. Je me suis longtemps demandé comment j’arrivais à vivre une vie conjugale heureuse
en n’ayant pas eu de modèle durant l’enfance. Mes parents se sont séparés lorsque j’étais très jeune et j’ai été élevée par ma mère et ses deux sœurs. C’était à une époque où bien que le phénomène commençait à prendre de l’ampleur, la séparation et le divorce étaient très mal perçus dans la société. J’ai longtemps eu l’impression de ne pas avoir eu de vraie famille puisque mon foyer n’était pas constitué d’un papa et d’une maman.

Ce n’est que récemment, très récemment que j’ai compris que je n’avais cessé d’être le témoin privilégié de l’amour. La vie auprès de ma mère et ses sœurs était une leçon d’amour quotidienne ! L’amour non pas conjugal, mais christique ! Une véritable communauté telle que les premiers chrétiens l’on sans doute vécue. Ma mère et ses sœurs mettaient tout en commun afin que mon frère et moi ne manquions de rien ! Dépassement plus naturel sans doute de la mère à ses enfants, mais assez exceptionnelle de tantes à leurs neveux ! J’ai également été témoin de l’amour fraternel qui les unissait. En fait, je me suis rendue compte que jamais l’une d’elle n’a tenté de prendre la meilleure part ! Elles œuvraient toujours pour le bien et des enfants et de leurs sœurs. Jamais pour elles-mêmes. Et dans cet esprit si altruiste, partagé littéralement par chacune des trois sœurs, jamais aucune n’a été lésée ! Elles pouvaient, avec confiance, tout donner aux autres, sachant que les autres en faisaient tout autant ! Ce témoignage d’amour non conjugal a sans doute été ce qui a le plus influencé ma vie à deux.

Une petite série sur Netflix tranche avec non seulement le canevas hollywoodien mais également avec la morosité des illusions perdues de ce siècle et avec une conception de l’amour exclusivement conjugale. Elle dresse au fil des différents épisodes (non reliés entre eux) des portraits fort touchants et représentants différents aspects de l’amour. Il s’agit de Modern Love. On y met en scène les divers portraits de personnages permettant d’aborder l’amour sous des formes variées tels : l’amour familial, romantique, amical, de l’amour platonique qui témoignent tous, au fond, de ce qu’il y a plus beau en ce monde : l’amour lui-même!

Il est parfois curieux de voir combien nous limitons cet amour au sentiment amoureux alors qu’il est sans limite, à l’image de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois