Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Francine Paquin
Le rosaire dans la ville

Je deviens celui que je contemple

Imprimer Par Francine Paquin

 

En la fête du Saint-Sacrement

Jésus-Hostie, Pain de Vie, Pain des anges ! Devenir Celui que je contemple dans l’extase de l’adoration, déversement de l’Amour en l’Amour où le Père se continue dans le Fils et le Fils dans le Père, où l’Esprit n’est plus que contemplation de l’Un et l’Autre dans leur prolongement. Dieu, un et trine, sois ma vie ! Que tes pensées Seigneur soient mes pensées, ton cœur, le mien, ta miséricorde, débordante au cœur de ma fragilité ! Où l’amour manque, que j’aime, où l’offense demeure, que je pardonne, où le cœur se retire, que le mien se donne !

Esprit de Vérité, en mon âme, libère tous les pardons, toute la tendresse et la joie en Toi rassemblées et déversées sur les âmes. Esprit de Lumière, Esprit de Vérité, fais tomber les écailles de mes yeux, déchire le voile qui me cache ton immaculée beauté afin que mon regard recréé aux effluves du tien s’illumine à la transparence d’une clarté nouvelle. Baignée en ton Esprit, mon âme, ô Seigneur, n’ait de regard que le tien, de pensées que les tiennes, de sagesse et d’intelligence que celles diffusées par ton Esprit ! Intelligence du cœur, intelligence de miséricorde possédant la Sagesse infinie, fais de moi, Seigneur, un chef-d’œuvre de ton pardon, âme miséricordieuse qui du cœur de sa souffrance n’a de regard donné que ton regard, de tendresse offerte que ton amour, de brûlure d’amour que ton feu, d’adoration que celle qui fait tienne l’âme prosternée qui te contemple jusqu’à l’extase de l’illumination, mon Seigneur et mon Dieu, Pain des anges, Nourriture enivrante de tes tout-petits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois