Éditorial,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Éditorial

Lendemains de veille

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Tout ce qu’on trouvera à dire de 2020, c’est sans doute qu’il a été difficile, compliqué, exigeant, désolant, déroutant. Et c’est bien peu dire, tellement cette année-là nous a mis dans tous nos états! Tout ce qu’on voudrait dire de 2021, c’est qu’il soit plus encourageant, libérateur, consolant, réconfortant, surprenant, tout à fait différent!

Rien ne nous dit pourtant que nos troubles soient finis et que tout reviendra vite à la normale. Il n’y a même pas de doute là-dessus! D’ailleurs, est-ce que nous n’avons pas un peu perdu le sens de la normalité? De quoi parlons-nous pour demain? N’avons-nous pas perdu nos repères? N’aurions-nous pas donné dans l’irréversible? 

Nous resterons marqués pour longtemps par l’ennemi No 1 de l’année qui vient de s’achever. Nous sommes, non pas vaincus, mais gravement amochés, ébranlés, fragilisés. Nous serons là longtemps à ramasser les morceaux, occupés de réparation, de redressement, de reconstruction sociale, de réflexion pour accueillir les sens nouveaux qui lentement se dévoilent, les pistes inédites à explorer, les plans de relèvement qui peu à peu se dessineront.

Faut-il parler d’un réarmement moral qui nous soit nécessaire après l’ère Trump, après la Covid-19, après le Brexit, après bien des soubresauts majeurs qui ont marqué le début de la troisième décade du 21e siècle? 

En tant que chrétiens, nous n’avons pas aujourd’hui toutes les réponses comme autrefois nous pensions. Nous connaissons toujours l’inconfort de la Foi, ses risques et la nécessaire marche à la boussole. Les croyants sont toujours confrontés à des pensées contraires. Ils savent qu’ils doivent s’attendre toujours à quelque persécution larvée. Nous allons à l’envers de l’esprit du monde, nous sommes dès lors en danger constant de succomber nous-mêmes à tant de convoitises injectées en nous. Difficile de garder le cap sur l’absolu de l’Amour, de la Paix, de la Justice et de la Réconciliation universelle!

Une grande course à la voile a lieu présentement autour du monde. Depuis le 8 novembre dernier, nous assistons à la grande classique du Vendée Globe! Les meneurs vont passer, dès le jour du Nouvel An ou peu après, la pointe mythique du Cap Horn. Paradoxalement ce sont des gens du Nord qui sont en course autour du pôle austral sur leurs bateaux hautement sophistiqués. Cette tournée en solitairesans escale et sans assistance est hautement symbolique. Elle nous rappelle qu’il y a toujours le risque de tourner en rond. De performer bellement pour la galerie. Puis de revenir simplement au point de départ. Danger de faire qu’en bout de ligne rien ne change et qu’il n’y ait dans notre vie que du pareil au même!

Mais non! Ne sommes-nous pas appelés à continuer encore et toujours l’aventure? L’aventure de la Foi en un Dieu qui marche avec nous depuis Noël. La quête de l’Espérance en l’Homme nouveau, bâtisseur avec nous du Royaume qui vient. La grâce de la Charité qui nous presse tous d’aller en confiance, paix et douceur les uns vers les autres, et de préfigurer déjà l’immense communion universelle à laquelle nous sommes appelés?

Fr Jacques Marcotte, O.P.

Québec, QC

One thought on “Lendemains de veille

  1. Lise Landel

    Cher Père Marcotte

    Quelle belle analogie vous avez faite avec la pandémie et la grande classique du Vendée Globe!
    Garder le cap quand tourner en rond serait tellement plus facile durant cette pandémie qui ne finit pas! De plus, en solitaire, n’est-ce pas très difficile puisque nous avons besoin des autres pour nous aider à avancer dans la vie? À bien y penser, nous sommes également seuls dans nos décisions, dans nos «oui» comme dans nos «non»! Cependant, puisque le Christ est notre phare, nous avons confiance qu’Il nous éclaire pour arriver à bon port!
    Soyons unis dans le Christ et nous vaincrons cette pandémie!
    Merci Père Marcotte, ce fut un grand plaisir de vous lire !

    Lise Landel
    Messe familiale de la Paroisse St-Jean-Baptiste d’Ottawa

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Éditorial

Les autres chroniques du mois