Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour la fête du Baptême du Seigneur

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Un baptême aux couleurs de Pâques!

Il y a dans nos vies des événements qui nous marquent. Dont nous garderons souvenir longtemps. Ce fut peut-être une grande joie ou une grande peine. Une réussite exaltante ou une déception troublante. Une belle amitié, un grand amour. La rencontre inespérée de quelqu’un. Le choc d’une confidence, le don d’une confiance. Il arrive que de tels événements – intimes ou partagés – soient déterminants pour la suite, parce qu’ils sont pour nous initiatiques, porteurs de sens. Après, plus rien n’est pareil. Nos perspectives ont changé. Un élan nouveau nous emporte. Il nous vient des énergies neuves. Tout devient possible.

C’est ce qui a bien l’air de se passer pour Jésus dans l’évangile d’aujourd’hui. Un moment crucial, une sorte d’illumination, un grand éveil. Cet épisode du baptême de Jésus par Jean Baptiste se retrouve dans les quatre évangiles. Avec des variantes de détails, bien sûr. Mais il n’y a pas de doute, c’est un événement clé qui nous est raconté. Le moment d’une manifestation de l’identité profonde de Jésus.

Si ces choses, qui à prime abord semblent ne concerner que lui, nous sont rapportées, c’est pour que nous y ayons part de quelque façon, pour que nous soyons initiés nous aussi au secret de Jésus, à ce qui se passe dans l’intime de son être.

Nous apprenons avec lui qu’il est le Fils bien-aimé de Dieu. Il reçoit devant nous l’Esprit en abondance. Il ne pourra pas ne pas témoigner – et nous non plus – de l’amour extrême du Père pour lui et par conséquent pour nous tous.

Remarquons que la vision qui nous est rapportée par Saint Luc arrive au moment même où Jésus sort des eaux du Jourdain. C’est un peu curieux! Ce n’est pas au moment où il se fait baptiser par Jean. Jésus s’était prêté à ce baptême en solidarité sans doute avec tous ceux qui y venaient. Il appuyait ainsi le mouvement de conversion, le désir de renouvellement intérieur qui animait les pauvres et des pécheurs des alentours. Or c’est à cet instant précis où il sort de l’eau lui-même que Dieu se manifeste pour lui déclarer tout son amour. C’est comme si le Père lui conférait un nouveau baptême. Le vrai baptême dans l’Esprit Saint dont Jean avait parlé : « Il vient derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Moi je vous ai baptisé dans l’eau; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »

La figure de la colombe se posant sur Jésus à ce moment-là nous rappelle le récit de la création au livre de la Genèse, où il est dit que l’Esprit de Dieu planait sur les eaux. Voilà que l’Esprit se pose sur Jésus tout en douceur, tout en puissance, à demeure. Jésus ne sera plus le même par la suite. Dans ce baptême qu’il reçoit du Père, est inauguré le monde nouveau sous le régime de la bienveillance divine renouvelée.

Cet amour dont Jésus est investi, il va nous le partager, nous en confier la diffusion dans le monde. Jésus ne vient-il pas de passer symboliquement à travers les eaux? N’a-t-il pas franchi les ténèbres de la mort et du péché? N’est-il pas désormais sur la rive, rempli de l’Esprit pour une mission à l’infini auprès des hommes et des femmes de tous les âges?

Ce qui est décrit par l’évangéliste a toutes les couleurs de Pâques. La plongée dans le Jourdain figurant la passion et la mort de Jésus, sa montée sur la rive et le don de l’Esprit annonçant la résurrection et la Pentecôte prochaines. Jésus est le grand vainqueur de par le geste du Père qui le sauve. Le fils, tiré de la mort, nous est redonné rempli d’amour et de paix. Déjà il nous a configurés à sa condition de fils. Notre baptême un jour nous l’a signifié.

C’est ce dont nous faisons mémoire aussi en chaque eucharistie. Puissions-nous en faire l’événement marquant de notre semaine et en recueillir dès aujourd’hui les fruits!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois