Nous deux,

Responsable de la chronique : Caroline Pinet
Nous deux

80 ans de mariage

Imprimer Par Caroline Pinet

 

Récemment, des amis fêtaient leur trentième anniversaire de mariage. Un couple qui rayonne d’amour comme on en voit peu. Cependant, qu’elle ne fut pas leur surprise de savoir qu’ils étaient de petits joueurs et qu’en fait ils n’étaient peut-être pas encore à la moitié de leur parcours à deux. C’est ce que nous leur souhaitons de tout cœur ! Ils sont largement dépassés par la longévité du mariage d’un couple de japonais de 108 et 100 ans qui ont fêté leurs 80 ans de mariage. 80 ans, imaginez ! Quel pan extraordinaire de vie partagée !

Ce qui est amusant c’est que la première chose que mentionne Miyako Matsumoto, la femme de ce couple, c’est que pour durer, un couple doit faire preuve de tolérance et d’endurance. Curieusement, ces deux qualités ne font pas rêver le cinéma hollywoodien. Au contraire, qui rêverait de « durer » et « d’endurer » ? Evidemment, vu sous cet angle endurer quelqu’un n’est pas « glamour » !

Mais les personnes âgées ne s’embarrassent pas du politically correct. Je me souviens d’un vieux couple d’octogénaires qui allaient se marier et qui, pragmatiques, disaient : « Je connais ses défauts, il connaît les miens et on peut vivre avec ça ! ».

Ces vieilles personnes s’aiment-elles moins ? Ou au contraire s’aiment-elles mieux ? Dans la tolérance et l’endurance il y a un mot qui se cache en filigrane soit le pardon. Il ne s’agit pas d’endurer ce qui est inacceptable d’endurer… mais d’endurer ce qui peut agacer mais n’en fait pas un sujet de divorce. Une amie a un mari qui est un maniaque de l’ordre alors qu’elle-même est très désordonnée. Ce duo semblait voué à une incompatibilité chronique sur le sujet à moins que chacun y mette du sien pour mieux vivre cet aspect de leur vie. Ils avaient établi des « zones » dans la maison afin que chacun puisse se sentir « respecté » dans ce qu’il est. Ainsi, l’armoire de leur chambre avait deux côtés l’un rangé au cordeau, et l’ordre pagailleux.

Cela a demandé à chacun de prendre beaucoup sur soi au début. Mais de savoir tolérer l’autre a permis à chacun d’éviter les tensions et surtout d’évoluer. Mon amie est beaucoup plus ordonnée maintenant et son mari a appris à être plus souple. Car on oublie souvent que le chemin qui se fait à deux est un enrichissement. Tolérer, endurer c’est aussi accepter de changer sa vision et ses manières de faire plutôt que de camper sur un « je sais mieux faire »…Je pense toujours à cette parole dans la lettre aux Corinthiens 13,7-8 « il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.  L’amour ne meurt jamais. ». Le couple Matsumoto nous prouve combien ces puissantes paroles sont vraies. Vivent les vieux mariés !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous deux

Les autres chroniques du mois