Nous deux,

Responsable de la chronique : Caroline Pinet
Nous deux

Aimer : tout un cinéma !

Imprimer Par Caroline Pinet

 

Quand nous sommes à la recherche de l’âme sœur, il nous semble que cette quête est le pas le plus difficile que nous traverserons dans cette histoire d’amour. Et les films nous font croire que la suite n’est qu’une succession de tableaux ou l’on s’esclaffe en tombant dans les bras l’un de l’autre. Mis à part une ou deux disputes où l’on se balance des assiettes par la tête, le cinéma nous vend des histoires d’amour-passion qui ne faiblissent pas. Et quand l’amour s’essouffle, c’est alors qu’il s’éteint avec le film…

L’idée qu’il faille faire un effort quand on aime paraît saugrenu ! Nous évoluons dans un monde où il suffit d’appuyer sur un bouton pour que se lave le linge, la vaisselle et d’appuyer sur une pédale pour avancer des kilomètres sans effort. N’en vient-on pas à se dire qu’on n’a pas à faire d’effort quand on aime pour entretenir la flamme ? On cherche ces grands amours faciles que les chansons nous vendent! 

Si l’amour nécessite des efforts, on pourrait à la rigueur être à l’aise avec l’idée que l’autre fournisse ces efforts… Mais s’il faut en fournir soi-même ça nous paraît fatiguant… Il faudrait relire la fable du Laboureur et ses enfants : « Travaillez, prenez de la peine : C’est le fonds qui manque le moins. » Si les anciens pouvaient dire aux jeunes amoureux qu’un trésor se cache au fond des cœurs qu’il faut retourner, bêcher, creuser ! Aimer est un travail à plein temps…

Mais, découragerai-je les jeunes amoureux si je leur dis que même en effectuant ces efforts quotidiens pour mieux aimer, il y a toujours une part du couple qui sera « bancale » ? Nous sommes des êtres profondément imparfaits et une part de nous-mêmes nécessitera toujours le pardon de l’autre car malgré un travail sur soi et des efforts : la perfection n’est pas de ce monde. Nos petits travers pimentent le quotidien mais déçoivent forcément l’autre. Seul Dieu est parfait et j’ai parfois l’impression qu’Il est cette part qui comble l’imperfection de l’amour humain. 

Pour vivre un grand amour durable, je dois non seulement trouver mon âme sœur, mais aussi  déployer des efforts quotidiens pour aimer du mieux que je peux et saupoudrer le tout d’un zeste de pardon que seul le véritable amour profond peut offrir ! Mais n’oublions pas d’user d’humour. Les couples où l’on sait rire beaucoup, y compris de soi-même, on dédramatise bien des situations ! Rire permet de passer de meilleurs moments ensemble…Autant que les jours joyeux l’emportent sur la balance des jours.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous deux

Les autres chroniques du mois