Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Marcel Dumont, o.p.
Le rosaire dans la ville

Devenir mère de Jésus et des âmes

Imprimer Par Francine Paquin

«Quiconque fait la volonté de mon Père qui est aux cieux,
celui-là m’est un frère et une sœur et une mère.»
(Mt,12, 50)

 

L’âme embellie sous l’action de l’Esprit-Saint est appelée à devenir, à l’exemple de la Vierge Marie, mère de Jésus et mère des âmes. Lors de l’Annonciation, Marie a accueilli le plan de Dieu, elle a uni sa volonté à la volonté de Dieu et contribue ainsi à la rédemption du genre humain. À la suite de la Sainte Vierge, toute âme baptisée est invitée à vivre en étroite communion avec Jésus en tant que membre du Corps mystique du Christ auquel elle appartient. La grâce baptismale lui confère le sacerdoce commun des fidèles, l’appelant ainsi à participer au sacerdoce du Christ pour le bien de l’Église, du peuple de Dieu. Répondant à l’invitation de Jésus, elle se fait solidaire de tous les humains; mère, frère et sœur de Jésus et de ses frères et sœurs, elle collabore à l’avènement du Royaume de Dieu. Marie montre le chemin : elle se fait intimement proche de l’âme attisée par l’Amour, elle la tient embrasée en son Coeur immaculé et la soumet au feu purificateur et sanctificateur de l’Esprit-Saint, son divin Époux.

L’Esprit-Saint ayant opéré en Marie les merveilles de Dieu veut poursuivre son oeuvre avec la Vierge et par Elle, au cœur des enfants du Père. Dans sa tendresse maternelle, Marie inculque à l’âme son désir de faire connaître et aimer Jésus, de le donner au monde : le don d’un amour qui ne se calcule pas, ne se mesure pas, un amour qui se donne, qui aime. L’âme ne peut par elle-même, si ardent que soit son désir, aimer d’un amour aussi parfait que celui de sa Mère. Aussi, son désir doit être purifié par le creuset de la souffrance, du détachement de soi et du monde car Dieu la veut pure, il veut la parfaire, la recréée sous la touche divine. Consumée par l’Amour comme une proie bienheureuse, embrasée sous le regard et la protection de la Vierge, sa maternité spirituelle prend tout son essor au Coeur de Marie. La Vierge collabore pleinement à la réalisation du plan divin, elle est une puissance d’amour intimement douce en laquelle toute âme peut trouver la joie de l’offrande.

Marie demeure cette présence pacifiante et vivifiante, celle qui intervient, soigne, réconforte et guide son enfant blessé en cette terre d’exil. Au milieu des morts intérieures, des purifications de la chair et de l’esprit, Marie sait donner à l’âme un souffle nouveau, le souffle de l’Esprit. Profondément aimée de Marie, l’âme reçoit avec Elle et par Elle les trésors du Coeur divin. Le Coeur de la Mère insuffle au cœur de son enfant sa maternité divine, elle lui lègue la flamme d’une charité ardente afin qu’elle soit, à la suite de sa Mère, mère de Jésus et mère des âmes.

Enfant du Père, l’âme perçoit l’amour de Dieu au cœur de ses frères et sœurs. Son désir d’aimer et de servir la pousse à rechercher sans cesse la volonté de Dieu pour mieux l’aimer à travers l’autre. Comme Marie s’est rendue auprès de sa cousine Élisabeth alors que celle-ci devait enfanter, l’âme vivant sous la mouvance de l’Esprit veut semer la paix et la joie autour d’elle; servante du Seigneur à l’exemple de sa Mère chérie, elle désire contribuer à la rédemption du monde. Éprise de Dieu, elle sait reconnaître sa petitesse, ses faiblesses; avec une confiance toute filiale, elle s’en remet à la miséricorde divine, comprenant que sans la grâce, elle ne peut rien par elle-même. Dans cet esprit d’abandon et de confiance, avec le soutien maternel de la Vierge Marie, l’âme devient avec sa Mère et par Elle, sous la mouvance de l’Esprit-Saint, mère de Jésus et mère des âmes pour la plus grande gloire de Dieu.

Ô mon âme qui veut être mère, regarde
le Visage de Dieu, ce qu’il a engendré en toi.

 

3 réflexions au sujet de « Devenir mère de Jésus et des âmes »

  1. Briki

    j’apprécie beaucoup le sens profond de ce texte ; mais l’expression n’est pas assez claire et simple………je ne pourrai pas le faire partager

    Répondre
    1. Francine Paquin

      Bonjour, merci pour votre courriel. Pourriez-vous s.v.p. préciser votre pensée; il me fera plaisir de vous répondre.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois