Nous deux,

Responsable de la chronique : Caroline Pinet
Nous deux

Son visage

Imprimer Par Caroline Pinet

 

Un jour, nous avons croisé un visage et notre cœur a bondi. Notre cœur allait chavirer et s’engager à le voir tous les jours jusqu’au bout de nos jours.

L’image de ce visage s’est peu à peu incrustée en nous au point de s’imprimer en notre âme. Ce visage est-il beau ? Si la question a revêtu une certaine importance au départ, elle n’a plus de raison d’être. Ce visage n’entre plus dans le champ des calculs où l’on soupèse sa valeur car ce visage « est ». Il a revêtu l’amour et rien ne peut plus en mesurer sa valeur car il est au-delà de cela. Il peut vieillir, se rider, s’affaisser, grisonner, il échappe au temps. Ou, au contraire, l’amour le transcende, l’irradie et le temps l’incruste davantage en nous : il devient irremplaçable.

Car sur ce visage toute notre histoire s’est gravée et nous en retenons le moindre contour. Tous ces jours où nous avons traversé la félicité, le succès, la tristesse, le désespoir, la prière, la colère, nous l’avons vu, tel un film, sur ce visage. Nous nous rappelons de chaque expression, des larmes comme des fous rires. Ce visage est une histoire, il est notre histoire.

C’est pourquoi, on peut s’interroger sur la profondeur des conseils de prévention qui mettent en garde les couples. Il faudrait être, paraît-il, sans cesse au « top », pour sans cesse garder l’attention de l’autre qui, autrement, il risque de s’enfuir dans d’autres bras… Un visage lifté, botoxé, nez arrangé en sus !

Ce qu’on devrait dire aux couples n’est pas de l’ordre du bistouri ! On devrait leur dire : vivez, partagez, goûtez la vie : dans les rire, dans les larmes ensemble! Sous toutes ses facettes… Que vos visages s’imprègnent de cette vie partagée, vécue, aimée même quand elle est difficile ! Que vos visages se marquent du sceau de l’amour et il deviendra alors irremplaçable…

Cette pérennité de l’amour, du temps relève de l’essence même de Dieu qui se glisse en filigrane dans cette vie. Dieu ne se trouve pas ailleurs que dans ce qui se vit. L’amour ne se décore pas, il ne peut que se vivre pour mieux exister.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous deux

Les autres chroniques du mois