Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour le 5e Dimanche T.O. (B)

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

 

Gardiens de nos frères et de nos sœurs

Livre de Job 7,1-4.6-7.
Job prit la parole et dit : Vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée, il fait des journées de manœuvre.
Comme l’esclave qui désire un peu d’ombre, comme le manœuvre qui attend sa paye,
depuis des mois je n’ai en partage que le néant, je ne compte que des nuits de souffrance.
À peine couché, je me dis : “Quand pourrai-je me lever ?” Le soir n’en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu’à l’aube.
Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s’achèvent faute de fil.
Souviens-toi, Seigneur : ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur.

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 9,16-19.22-23.
Frères, annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile !
Certes, si je le fais de moi-même, je mérite une récompense. Mais je ne le fais pas de moi-même, c’est une mission qui m’est confiée.
Alors quel est mon mérite ? C’est d’annoncer l’Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, et sans faire valoir mes droits de prédicateur de l’Évangile.
Oui, libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave de tous afin d’en gagner le plus grand nombre possible.
Avec les faibles, j’ai été faible, pour gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1,29-39.
En ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André.
Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade.
Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.
Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons.
La ville entière se pressait à la porte.
Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était.
Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait.
Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche.
Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. »
Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. »
Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons.

COMMENTAIRE

Un jugement prononcé il y a trois ans par la Cour Suprême du Canada affirmait que l’interdiction de l’aide médicale à mourir était inconstitutionnelle en certaines circonstances. L’interdiction prévue au Code criminel du Canada était jugée comme portant atteinte aux droits à la vie, à la liberté et à la sécurité garantis par la Charte canadienne des droits et libertés. Cette déclaration, venant du plus haut tribunal du pays, nous a alors interpelés. Nous pouvions craindre en effet que cette porte ouverte sur l’aide à mourir n’entraîne une dérive dans les pratiques médicales, une banalisation de la vie et de la mort, un coup dur porté au don précieux de la vie de toute personne humaine. Le débat au Québec avait déjà eu lieu. Il s’était conclu, on le sait, dans une loi, la loi 52, qui parle du droit de vivre et de mourir dans la dignité jusqu’à proposer l’aide médicale à mourir.

La Parole de Dieu de ce dimanche nous rejoint au cœur de cette condition où nous sommes tous, hommes et femmes, en grande fragilité, soumis souvent à la souffrance et voués inévitablement à la mort physique. La Parole aborde de front cette réalité. Elle ne nous demande pas la résignation comme s’il n’y avait rien à faire. Elle nous oriente vers la vie. Elle nous tient dans l’espérance de vivre. Elle met en valeur la merveille de la vie humaine et de l’accompagnement fraternel auquel elle a droit jusqu’à la fin.

La réflexion du livre de Job, en 1ère lecture, ne cache pas la souffrance humaine. Elle montre la précarité de notre existence. Devant l’impasse où il se trouve, Job ne peut que s’en remettre à Dieu : « Souviens-toi, Seigneur : ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur » C’est le cri et l’appel de dernier recours. Une prière d’abandon, une ouverture admirable sur l’infini de la miséricorde et de la puissance du Seigneur. S. Paul, dans un tout autre contexte, prêche par l’exemple le don de soi : « Libre à l’égard de tous, je me suis fait le serviteur de tous. J’ai partagé la faiblesse des plus faibles. Je me suis fait tout à tous » Comment dire mieux la compassion qu’il nous faut?

Dans l’évangile, Jésus passe de la synagogue à la maison de Simon. Un passage révélateur. Il va du lieu de culte vers le lieu familier de la vie. Le jeune maître est aussitôt sollicité pour une malade. « Jésus s’approcha d’elle, la prit par la main, et il la fit lever ». Il la remet sur pied et lui permet ainsi de retrouver sa place dans la communauté. Et cela continue dans une escalade d’affluence vers lui de tous les malades à la porte du village : expression d’une détresse et d’un désir de vivre que le Seigneur accueille jusque tard dans la nuit. Comme pour nous dire qu’il prend à cœur nos situations humaines avec nos limites et nos aspirations. Il s’en porte solidaire jusque dans sa prière. Il s’emploie à nous guérir tous. Sa présence et son action nous rappellent que nous sommes faits pour la vie et que notre corps lui-même est appelé à ressusciter un jour dans la puissance d’un Dieu Père, créateur et sauveur, à la suite du Christ Jésus premier-né d’entre les morts.

Que cette parole de Dieu aujourd’hui nous donne confiance! Qu’elle nous encourage dans notre sollicitude fraternelle auprès de nos frères et sœurs malades et souffrants! Qu’elle nous garde dans la conviction que la vie est notre bien le plus précieux reçu du créateur! Qu’elle nous incite à pratiquer chez nous-mêmes et chez les autres une grande sollicitude pour le vivre et le mieux vivre! Le Seigneur lui-même ne nous donne-t-il pas vocation d’être gardiens de nos frères et de nos sœurs?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois