Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique : Denis Gagnon, o.p.
Billet hebdomadaire

Discernement des esprits

Imprimer Par Guy Musy, o.p.

Marocains d’origine, parlant catalan avec leurs copains et copines. Une douzaine d’ados et de jeunes, nés aux pieds des Pyrénées dans une bourgade où tous les habitants les connaît ou les fréquente. Terroristes ? Vous rêvez. Soyez sérieux ! Ils ne sortent pas de prison, ni ne rentrent de Syrie ou d’Irak. Bien sûr, ils pouvaient cacher leur jeu, comme on dit pour s’excuser. Mais qui donc leur en avait appris les règles criminelles ? Alors, les yeux se tournent vers un mystérieux imam. Je préfère qu’un imam soit visé, plutôt que le Coran ou l’islam. Et je m’interroge. Avons-nous à faire à un imam ou à un gourou dénaturé ? Quelle force de séduction faut-il mettre en oeuvre pour entraîner à des actions criminelles des jeunes que rien ne dispose à les commettre. Et de leur faire miroiter le paradis s’ils passent à l’acte. L’entendement est détruit, faisant disparaître avec lui les plus élémentaires repères de la conscience qui d’ordinaire permettent de distinguent le bien du mal. Je ne connais rien de plus pervers.

Je sais bien que Daesh ne détient pas le monopole de ces turpitudes. Pas plus que le salafisme. Ces déviances diaboliques témoignent jusqu’à l’absurde de la force de l’esprit quand il est mis au service du mal. Et s’il agissait selon les forces du bien, à quel miracle ne faudrait-il pas s’attendre ? J’ai parlé d’esprit ; la spiritualité est l’un de ses dérivés, ambigus et confus comme lui. Il ne suffit pas d’en faire une religion pour se croire dans l’orbite du bien. Seul, le discernement des esprits permet à l’esprit de produire de merveilleux fruits et d’éviter l’abominable. Je crains que de nos jours personne de raisonnable n’ose s’en charger de peur de profaner le sacro-saint espace individuel au sein duquel désormais tout le monde se plaît et se complaît. Je plaide pour la vérité. Si nous voulons survivre.

2 réflexions au sujet de « Discernement des esprits »

  1. Lorraine Cusson

    Je pense que la question est bien.mise en.lumiere et que personne.d »entre nous ne peut se »en défiler…que faire ? En tout cas devenir honnête dans sa propre spiritualité…merci pour les mots ajustés

    Répondre
  2. Marthe Arsenault

    Oui, si nous connaissions la force du Saint Esprit nous pourrions nous unir et lui demander d’enflammer tous les coeurs , de les diriger vers le Bien, vers Celui qui est la Voie, la Vérité et la Vie. Ainsi seraient vaincues les puissances du Mal.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois