Nous deux,

Responsable de la chronique : Caroline Pinet
Nous deux

Quand l’enfant paraît

Imprimer Par Caroline Pinet


La vie de couple ne se résume pas à la vie de parents. Pour différentes raisons, certains couples n’auront pas d’enfant. Bien que la fécondité d’un couple se concrétise bien souvent par la fondation d’une famille, la fécondité du couple peut se manifester également par un projet de don de soi à deux. Mais sans résumer le couple à la fécondité parentale celle-ci est si souvent commune qu’elle vaut bien un billet.

Pour certains, la vie de parents représente n danger pour l’amour conjugal. Quand l’enfant menace le couple, il s’agit bien souvent d’une mauvaise distribution des rôles, qui peut n’être que temporaire. Il est normal qu’un enfant vienne bouleverser les habitudes d’un couple, qu’il vienne envahir la sphère conjugale –surtout au début-, car l’accueil d’une vie humaine est profondément bouleversant. Une vie a tant de prix ! Un enfant n’est pas un bien de consommation qu’on introduit à la maison et qui ne demande que peu de soin. L’enfant a besoin d’énormément d’attention : comment faire alors pour que l’amour conjugal subsiste malgré le peu de temps qu’il peut se consacrer ?

La place de chacun

Chacun doit être à sa place. Cela peut sembler évident. Pourtant plusieurs situations peuvent embrouiller ces relations qui se mettent en place. Une jeune accouchée sera souvent en fusion avec le bébé, mais la place du père comptera pour beaucoup dans l’équilibre de ce tandem. Le père est alors la courroie de transmission. Il ne doit pas être un concurrent du bébé et se montrer jaloux du temps accordé au nouveau-né. C’est une chance extraordinaire pour lui de murir, de prendre un rôle de don afin que sa femme et son enfant puissent traverser cette période intense sans trop de fatigue.

A mesure que le bébé grandit, la place de chacun des parents s’équilibre. Si le bébé est la nouvelle priorité des parents, le couple doit malgré tout retrouver sa tendresse, du temps à partager à deux. Un parent qui se cantonne uniquement à sa relation avec l’enfant exclura forcément l’autre qui ne saura comment entrer dans le cercle.

De même, la femme ou le mari ne doit pas fuir dans le travail et se désintéresser des tâches qui entourent la présence d’un enfant car il créera alors un déséquilibre dans les relations. Si chacun occupe sa place (qui n’a pas à s’accorder forcément avec les stéréotypes) la croissance de l’amour opérera.

Ne pas oublier de nourrir le couple

Il n’y a pas de recette magique. Certains couples ont besoin de s’évader que tous les deux pour se retrouver. Ils partent en voyage et confie le bébé le temps de l’escapade. D’autres couples n’éprouvent absolument aucune envie de quitter leur chérubin. Tant que le couple arrive à se retrouver autour de fréquents petits moments d’éternité, son amour pourra trouver à s’épanouir. Aucune formule n’est meilleure que l’autre. Elle doit seulement correspondre au rythme et à la manière que chacun des membres du couple souhaite vivre la famille.

La place de la famille

Certains couples vont facilement s’occuper de l’un et de l’autre mais auront du mal à faire une place à l’enfant au milieu d’une vie qui roulait déjà bien. Un enfant qui ne reçoit pas suffisamment d’attention ira en chercher et sabotera la relation conjugale de ses parents.

Fonder une famille est un jeu d’équilibre. Il est normal que nous tanguions parfois plus d’un côté que de l’autre par périodes. Le tout est de nous redresser et de retrouver l’équilibre nécessaire qui permet à la famille, au couple, à l’enfant de s’épanouir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois