Nous deux,

Responsable de la chronique : Caroline Pinet
Nous deux

L’amour visible

Imprimer Par Caroline Pinet

yeux-qui-aiment

Les histoires d’amour commencent souvent par un regard. Quel mystère que les yeux. En un instant, on comprend que ce regard est « autre », qu’il va changer notre vie… Les yeux de l’inconnu nous emportent et voilà que nous marchons pour la vie avec cet étranger d’hier.

Le regard se transforme, il admire l’autre, il apprend à le connaître, à l’aimer… Puis il devient mutant. Il apprend à regarder comme celui qui nous regarde. Et celui qui nous regarde apprend à voir le monde à travers nos lunettes.

Les désaccords surgissent quand nos regards ne regardent plus dans la même direction. Quand nos points de vue n’arrivent plus à voir le même horizon. Seule la communication vivante permet de développer un regard complice.

Un jour, la complicité devient telle qu’un simple regard suffit… Un fou rire peut surgir suite à un simple coup d’oeil. On s’est compris. Leurs yeux parlent.

Les fous baisers, les fleurs envoyées, les textos échangés ne sont rien à côté de l’intensité d’un regard d’amour ! Le regard offre la tendresse la plus délicate et la plus émouvante que l’on puisse recevoir. Que dire d’un regard souriant.

Les années forgent notre histoire conjugale. On dit du temps qu’il érode l’amour… Vraiment ?

Il creuse dans les visages des rides qui prennent le pli de leur humeur principale. Les années arrondissent les montagnes et taillent les falaises. Les ans peuvent aussi assouplir l’amour, le rendre plus doux, plus indulgent, plus patient. Seul le temps peut nous rapprocher de l’amour de Saint Paul.

L’amour prend patience, l’amour rend service, l’amour ne jalouse pas, il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’emporte pas, il n’entretient pas de rancune, il ne se réjouit pas de ce qui est mal mais il trouve la joie dans ce qui est vrai, il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais.

Le regard est le reflet de la qualité de l’amour que nous nous portons. Quand le regard de l’autre me fait sentir meilleur et aimé, il devient un gage de pérennité… Pour  parvenir à cette façon de voir, seul l’amour peut nous y mener. Un certain petit Prince disait : « on ne voit bien qu’avec le cœur… »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois