Nous deux,

Responsable de la chronique : Caroline Pinet
Nous deux

Trois expressions pour un mariage durable

Imprimer Par Caroline Pinet

dessin_repas_famille

Si nous traversons des temps troublés mondialement, une grâce inouïe nous est faite : nous avons un pape extraordinaire qui nous accompagne tel un papa. D’ailleurs, l’étymologie du latin ecclésiastique papa, du grec πάππας pappas (« pape »)* signifie papa. Un autre pape a-t-il autant incarné ce visage de guide affectueux à l’égard de ses protégés?

Avec simplicité, dans un langage sans ambages ou formule alambiquée catéchétique –  qui ne ferait qu’embrouiller le message – le Pape nous parle à nous, les couples, et on s’étonne de sa justesse. Comment le Pape peut-il autant nous comprendre?  Non pas que je casse des assiettes dans mes disputes avec mon mari, mais tout de même, on croirait qu’il a été  là, parmi nous, dans notre maison bien imparfaite ! Et avec ses mots, il dresse de notre logis un tableau tel que je crois habiter soudain une cathédrale !

Parfois, en couple, on s’englue dans un regard un peu sévère sur notre foyer ! On a des tensions, des problèmes d’argent à régler, des inquiétudes au sujet de tel enfant qui ne va pas bien, et du commentaire maladroit de notre tendre moitié  … On regarde de près notre pauvre petite misère humaine. On la regarde comme une tache de gâteau au chocolat faite par le petit dernier sur la jolie nappe de coton que l’on vient de laver. Et la tache, grosse comme une pièce de dix centimes, s’est incrustée dans le tissu, même après lessive. On ne voit plus qu’elle sur le long tissu de trois mètres… On n’entend  plus  la misère des réfugiés qui fuient la guerre de leur pays, on oublie les changements climatiques… On ne perçoit plus que cette tache qui s’est invitée dans notre  trousseau familiale, vestige d’un de nos repas partagés autour d’un bon gâteau !

Le Pape, qui semble avoir partagé ce repas, et qui parait avoir assisté à la dispute, vient nous rassurer… Il nous apaise, tel un bon grand-père, avec un sourire de tendresse et nous dit : « Ne vous en faites pas ! Tout le monde se dispute à un moment ou un autre. Et puis, la nappe, ce n’est qu’un bout de tissu. Votre vie conjugale, votre vie familiale est bien plus riche que cela ! » Et il nous fait voir tout le reste de la table, toute la modeste richesse qui nous entoure !

Il nous apprend non pas à éliminer la tache, mais à vivre avec elle. Les taches de nos vies existent. Nous sommes des humains, tous, et nous nous trompons, tous ! Et il nous livre en des termes simples comment vivre ensemble durablement ! « Rappelez-vous : il y a trois mots que l’on doit toujours dire, qu’il doit toujours y avoir à la maison : Je peux (permesso), merci, pardon. Je peux : pour ne pas être envahissant (dans la vie du conjoint) – qu’est-ce que tu en penses ? ou : Puis-je ? Merci : remercier son conjoint, merci de ce que tu as fait pour moi, merci pour ceci…  Comme c’est beau de dire merci ! Et puis, comme nous nous trompons tous, il y a un autre mot, un peu plus difficile à dire, mais il faut le dire : excuse moi. »

Merci mon Dieu pour notre Pape François…

*https://fr.wiktionary.org/wiki/pape

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous deux

Les autres chroniques du mois