Aventure spirituelle,

Responsable de la chronique : Suzanne Demers, o.p.
Aventure spirituelle

Charles de Foucauld. Moine (1858-1916)

Imprimer

FoucauldCharles de Foucauld naît à Strasbourg, en 1858; il resta orphelin très tôt. Après une adolescence tumultueuse et une carrière militaire plutôt désordonnée, il se prit de passion pour le monde arabe et fit des voyages d’études et de reconnaissance au Maroc.

À vingt-huit ans, il redécouvrit la foi chrétienne et comprit en même temps sa vocation. Il écrira quelques années plus tard: «Aussitôt que je crus qu’il y avait un Dieu, je compris que je ne pouvais faire autrement que de ne vivre que pour Lui; ma vocation religieuse date de la même heure que ma foi.»

Il entra à la trappe de Notre-Dame-des-Neiges, où il prit l’habit sous le nom de frère Marie-Albéric. Irrésistiblement attiré par une plus parfaite imitation du Christ pauvre et humble, il voulut prendre la dernière place, quittant ainsi la trappe avec le consentement de ses supérieurs, pour partir en Terre sainte et plus tard au Sahara.

Ordonné prêtre, Charles entreprit de vivre dans le désert la présence silencieuse d’amour universel au milieu des populations touaregs. Le rachat des esclaves et leur évangélisation, la traduction de l’Évangile en langue vernaculaire, la rencontre des musulmans – qui comme lui vivaient le total abandon à Dieu – marqueront les années qu’il passa à Béni-Abbès et à Tamanrasset.

C’est à cet endroit qu’au milieu des hostilités entre Français et Arabes, Charles de Foucauld fut tué, probablement par erreur, le 1er décembre 1916. «Vis comme si tu devais mourir martyr aujourd’hui», avait-il noté dans son journal, quelques années plus tôt.

Parabole du grain qui ne porte du fruit que s’il tombe en terre et meurt, Charles de Foucauld – qui n’eut pas de compagnons sur son chemin d’intimité avec le Christ dans la souffrance et la mort à soi-même- trouvera après sa mort de nombreux disciples qui, comme lui, embrasseront la croix.

IMG_0156_atakor-taessa_raw

_______________________________________________________________________
Prière de Charles de Foucauld

Mon Père, je m’abandonne à vous; faites de moi ce qu’il vous plaira.
Quoi que vous fassiez de moi, je vous remercie.
Je suis prêt à tout, j’accepte tout.
Pourvu que votre volonté se fasse en moi, en toutes vos créatures,
Je ne désire rien d’autre, mon Dieu.
]e remets mon âme entre vos mains;
Je vous la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon cœur,
parce que je vous aime,
et que ce m’est un besoin d’amour de me donner,
de me remettre entre vos mains sans mesure,
avec une infinie confiance,
Car vous êtes mon Père.
________________________________

Gardez toujours toutes ces prescriptions, et ayez au fond de l’âme, gravé profondément, ce principe d’où toutes découlent: tous les hommes sont vraiment, véritablement frères en Dieu, leur Père commun, et Dieu veut qu’ils se regardent, s’aiment, se traitent en tout, comme les frères les plus tendres.
Charles de Foucauld, Huit jours à Éphrem

________________________________

Témoins de Dieu, Martyrologe universel, Bayard pp. 688-689

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aventure spirituelle

Les autres chroniques du mois