Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique : Denis Gagnon, o.p.
Billet hebdomadaire

D’abord servir

Imprimer Par Denis Gagnon, o.p.

Souvent, dans les évangiles, Jésus conteste le comportement des pharisiens et des scribes. Il ne ménage pas ses mots. Au contraire. Toutefois, je n’ose pas applaudir. Ne m’arrive-t-il pas de mériter les blâmes du Seigneur? Moi-même comme ceux et celles qui lisent ce billet, sans doute. En chacun de nous se cache un pharisien à la recherche de places d’honneur. Ou un scribe qui veut imposer ses idées. Peut-être même un dictateur en quête de pouvoir. Nous aimerions que tout marche selon nos plans.  Que nos désirs aient la priorité. Nous voudrions maîtriser notre environnement immédiat, soumettre les autres à notre volonté, pouvoir faire à notre tête, être obéis. Etc.

Bien sûr, nous n’étalons pas nos travers ostensiblement. Nous ne nous accusons pas publiquement. Mais au fond de nous-mêmes, nous prenons conscience de temps à autre de ces petits et grands défauts qui nous habitent. Et qui font notre honte!

Nous sommes tentés de devenir Dieu, comme Adam et Ève. «Vous serez comme des dieux», leur annonce le serpent. Cette tentation remonte donc bien loin dans l’histoire de l’univers. D’après le récit biblique, ce serait la toute première tentation et le premier péché de l’humanité.

Dieu est admirable parce qu’il est créateur, père des hommes et des femmes de l’univers, «maître des temps et de l’histoire», comme le proclame une préface. Ce qui fait l’honneur et la grandeur de Dieu devient, dans notre vie, une déchéance, une façon de nous démolir. Quand l’être humain veut imiter Dieu, le remplacer ou l’ignorer, il se démolit, il devient dictateur. Il écrase ses semblables. Il cherche à dominer.

Non, nous ne sommes pas faits pour dominer mais pour servir et donner. Nous sommes bâtis pour créer des liens avec les autres, pour être attentifs à leurs besoins, pour les aider à accéder au bonheur. Pour naître, nous dépendons totalement des autres, d’un homme et d’une femme, et même de beaucoup d’hommes et de femmes. Et les autres ont besoin de nous. Notre noblesse réside dans le don de notre vie et non dans le pouvoir que nous pourrions exercer. Notre grandeur, c’est le service.

Un jour où certains apôtres manifestaient des ambitions de pouvoir, Jésus leur dit : «Les chefs de gouvernement tiennent les nations sous leur pouvoir et les grands font sentir leur domination. Il ne doit pas en être ainsi parmi vous. Au contraire si quelqu’un veut être grand parmi vous, qu’il soit votre esclave. C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu non pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude.» (Matthieu 20, 25-28)

 

2 réflexions au sujet de « D’abord servir »

  1. Roland Flueler

    bonsoir mon Père,

    avec ma famille, nous lisons régulièrement vos billets qui sont toujours très bien ! ! C’est vrai que ce n’est pas toujours très possible d’avoir une idée chaque semaine ! ! Ou il faut se creuser la tête ! ! Je vous souhaited’avoir le courage de continuer à le faire longtemps encore ! ! !

    Je me pose souvent cette question: Nous vivons dans un immense univers, qui aurait débuté par le big-bang .. . Des scientifiques disent maintenant qu’il y a sans cesse des big-bang qui ont lieu, et forment d’autres univers: nous vivons dans un « multi=ver ». . Mais Dieu là au milieu, comment peut il s’occuper de chacun de nous qui sommes sur un même pas grain de poussière, comparé à ces multivers, et l’homme plus petit encore . . . .

    L’Eternité existe sûrement: vous pouvez compter en positif et en négatif sans fin .. Et Le Créateur que nous appelons Dieu, aussi, car avant le big-bang il ne pouvait pas n’y avoir RIEN. . Et même si un jour on découvre que ce que les scientifiques appellent RIEN ce sont de minuscules parties de quelque chose de physique ou de chimique ou de radioactif . . . . cela ne peut se faire » tout seul. Il y a nécessairement un » premier moteur » éternel ! !

    Vous me dites qu’il nous aime ! Comment le savoir? en être sur ? Mon frère aîné me dit que la Création c’est comme un pullover: celui qui tricote » ce pull aime que toutes les mailles soient à leur place, et que cela fasse jolil ! !

    Notre intelligence n’est pas faite pour comprendre cela, ni pour savoir comment ce Créateur peut s’occuper de nous si si si minuscule ! ! Le saurons nous à notre mort ????? On ( les curés, les chrétiens . . .) dit
    beaucoup de choses, mais tout est tellement mystèrieux ! ! Pourquoi ?

    Bien respectueusement Roland

    Répondre
  2. Denis Gagnon

    Monsieur,
    Je ne suis pas habile en informatique. Il est possible que vous ayiez déjà reçu mes remerciements pour vos bons commentaires.
    Vous portez de bonnes questions. Je les porte moi-même et espère des lumières sur les mystères que Dieu nous réserve.
    Portez-vous bien.
    Denis

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois