Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Simon Lessard
Le rosaire dans la ville

Dernière heure ! L’agonie de Jésus à Gethsémani.

Imprimer Par Simon Lessard

À l’exemple de Marie qui retenait tous les événements de la vie de son fils et les méditait en son cœur, nous vous proposons chaque mois une méditation d’un mystère de la vie du Christ pour mieux prier le Rosaire. Car comme le rappelait Paul VI : « Sans la contemplation, le Rosaire est un corps sans âme ». Nous espérons ainsi vous donner le goût de vous arrêter et de poser un regard amoureux sur Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie.

Agonie-de-Jésus-à-Géthsémani-Grenadier-Guards-chapel-Londres

« Mon heure n’est pas encore venue ! » disait Jésus à sa mère. Mais voici qu’aujourd’hui l’heure est venue ! L’heure pour lui de passer de ce monde à son Père. « Maintenant je suis bouleversé. Que puis-je dire ? Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! »

Mais voici qu’est aussi venue l’heure de la tentation, l’heure où le Fils de l’homme est livré aux pécheurs. Il commence à ressentir frayeur et angoisse. S’écartant un peu, Jésus tombe à terre et prie pour que, s’il est possible, cette heure s’éloigne de lui. C’est l’heure du combat de la prière. Il entre en dialogue intime avec son Père :

– Abba ! Dans cette nuit où je crie en ta présence, que ma prière parvienne jusqu’à toi.

– Heureux toi qui pleures maintenant, car tu seras dans la joie !

– L’ennemi cherche ma perte, il foule au sol ma vie. Il me fait habiter les ténèbres.

– Heureux es-tu si l’on t’insulte, si l’on te persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre toi.

Dans l’angoisse, Jésus prie avec plus d’insistance :

– Mon âme est triste à en mourir.

– Tu es dans la tristesse, mais ta tristesse se changera en joie.

– Mon âme est rassasiée de malheur, ma vie est au bord de l’abîme.

– Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que j’ai promis à celui qui m’aime.

Et sa sueur devient comme des gouttes de sang qui tombent jusqu’à terre. Voici l’heure de la domination des ténèbres.

Peu de temps avant il avait dit à ses amis : « Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire ? Prenez et buvez… cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang répandu pour vous. » Et voici que maintenant il supplie : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi… cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux ! »

Comme tu veux ! Voici que l’heure de la victoire est venue ! « Ne boirai-je pas la coupe que le Père m’a donnée à boire ? Me voici, je suis venu pour faire ta volonté ! Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que le Fils te glorifie. » Voici la dernière heure, l’heure de la victoire de l’amour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois