Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Simon Lessard
Le rosaire dans la ville

Prenez et buvez le vin de l’époux ! Les Noces de Cana.

Imprimer Par Simon Lessard

À l’exemple de Marie qui retenait tous les événements de la vie de son fils et les méditait en son cœur, nous vous proposons chaque mois une méditation d’un mystère de la vie du Christ pour mieux prier le Rosaire. Car comme le rappelait Paul VI : « Sans la contemplation, le Rosaire est un corps sans âme ».  Nous espérons ainsi vous donner le goût de vous arrêter et de poser un regard amoureux sur Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie.

Cana

Le troisième jour… le troisième jour après le baptême de Jésus. Trois jours après avoir été plongé dans les eaux de la mort, Jésus est invité à des noces ! Baptême… et Noces trois jours plus tard ; Passion et trois jours plus tard… Résurrection ! Oui, la vie nouvelle est un jour de noces. Jour d’allégresse et jour de joie ! Jour de fête pour célébrer la nouvelle alliance. Or, à nouvelle alliance vin nouveau ; vin de la fête éternelle, vin qui réjouit le cœur de l’homme.

Mais là où le vin manque tout manque. Or, on manqua de vin. S’ils n’ont plus de vin, alors plus de fête, plus de joie.

Heureusement, la mère de Jésus était là. « Faites tout ce qu’il vous dira. » Obéissant parfaitement, ils remplirent jusqu’au bord six cuves de pierre. Six cuves d’eau pour purifier les corps des juifs par des ablutions rituelles qui lavent l’extérieur. « Et l’eau se changea en vin », signe du vin changé en sang qui purifie les cœurs, qui lave l’intérieur pour le culte nouveau et agréable à Dieu. Oui, jusqu’au bord il y avait du vin. Une mesure bien pleine, débordante, qui est versée pour nous.

Prenez et buvez le vin de l’époux ! Jésus se présente comme l’époux qui offre à sa mère le vin de la joie parfaite. Car chez les juifs, c’est l’époux qui doit offrir le vin des noces. L’époux qui offre son vin ; l’époux qui verse son sang… à son heure, pour nous donner sa Vie, pour nous donner sa Joie. Et comme la jeune mariée est la joie de son époux, ainsi nous serons la joie de notre Dieu.

Heureux sommes-nous d’être invités au festin des noces de l’Agneau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois