Parole et vie,

Responsable de la chronique : Dominique Charles, o.p.
Parole et vie

1er dimanche de l’Avent. Année C.

Imprimer Par Dominique Charles, o.p.

Redressez-vous et relevez la tête : Dieu vient !

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête.
Les hommes mourront de peur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.
Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire.
Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. »
Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans la débauche, l’ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste.
Comme un filet, il s’abattra sur tous les hommes de la terre.
Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l’homme. »

COMMENTAIRE

Rien ne va plus à Jérusalem quand Jérémie prophétise ; l’avenir semble complètement compromis : la ville est assiégée par les armées babyloniennes. L’ennemi étant à ses portes, sa destruction est imminente et la déportation de sa population semble inévitable. Or, c’est dans cette ville désespérée que Dieu envoie son prophète : il a pour mission d’annoncer que, contrairement aux apparences, l’avenir n’est pas bouché car Dieu tiendra promesse. Il va envoyer un descendant de David qui exercera le droit et la justice : un messie !

Viendront des jours, dit Jésus, où les malheurs arriveront sur le monde, où les puissances des cieux seront ébranlées, où les nations seront affolées par des bouleversements cosmiques. Vous, dit-il à ses disciples, n’ayez pas peur, restez éveillés et gardez l’espérance car vous verrez le Fils de l’homme venir avec grande puissance et grande gloire. C’est souvent lorsque l’horizon des perspectives humaines est complètement bouché que, dans la Bible, Dieu annonce qu’il va intervenir. Quand il n’y a plus aucun espoir à vue humaine, Il fait surgir en l’homme la force de l’espérance : Dieu invite celui qui croit en Lui à s’en remettre à sa seule grâce.

Le croyant, c’est quelqu’un qui cherche sans se lasser une lumière de Dieu dans les épreuves qu’il traverse. Il fait confiance envers et contre tout à Dieu, son seul appui. N’est-ce pas l’attitude profondément chrétienne ? Le croyant est « celui qui voit l’Invisible », comme dit l’auteur de l’épître aux Hébreux (He 11,27). Le grand danger qui nous guette serait de ne recourir à Dieu que pour lui demander de résoudre nos petits ou nos grands problèmes. Le vrai Dieu n’est pas un magicien que l’on invoquerait pour nous rassurer ! Dieu se révèle toujours dans une proximité avec ceux qui lui font confiance, surtout quand ils sont vulnérables ou perdus. Parce que nous sommes croyants, nous savons que « rien ne pourra jamais nous séparer de l’amour de Dieu » (Rm 8,39) : là est la force mystérieuse de notre espérance.

Durant le temps de l’Avent, l’Église nous invite à retrouver cette dimension essentielle de l’espérance en la fidélité indéfectible de Dieu : dans toutes les dimensions de nos vies, dans notre prière, dans nos relations, dans nos projets… L’Avent, c’est le temps de renouveler notre désir de ce Dieu proche et discret qui a décidé de venir à nous comme « Sauveur » : c’est le sens du nom de Jésus, « Dieu sauve ». Être croyant, ce n’est donc pas croire en Dieu pour qu’il nous évite tous les malheurs, toutes les difficultés et tous les échecs. La vraie force du croyant consiste à tout vivre avec son Seigneur : découvrir qu’à tout moment et en toute circonstance Dieu est là, avec lui, proche de lui, dans le secret et qu’il n’a rien à craindre, même si tout va mal. Si nous sommes prêts à tout accueillir dans nos vies avec cette espérance, nous serons, comme Jérémie, de vrais témoins de Dieu et des ferments d’espérance pour ceux qui nous entourent.

L’espérance chrétienne est une merveilleuse vertu, comme la foi et la charité. Ces vertus sont dites « théologales » parce qu’elles sont des dons de Dieu qui en est lui-même la source. L’homme ne peut garder cette espérance quand tout va mal autour de lui ou en lui que si c’est Dieu qui lui donne la force d’« espérer contre toute espérance » (Rm 4,18), selon la belle expression de saint Paul. L’espérance est un don extraordinaire de Dieu ! Toute la mission du prophète Jérémie est marquée par la force de l’espérance ; il annonce la fidélité de Dieu quand tout va mal. Essayons d’être comme lui des prophètes d’espérance !

Jésus nous dit : « redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption est proche ! » La posture du disciple du Christ, c’est de se tenir debout, comme son Seigneur : Jésus, relevé d’entre les morts, nous appelle à nous redresser, à nous tenir debout, à relever la tête. Ne soyons donc pas anéantis par tout ce qui va contre nous. L’horizon est toujours dégagé pour celui qui espère en Dieu. Il y a toujours un peu de lumière dans sa nuit. A l’heure de la Croix, tout semblait perdu. A l’heure de la résurrection, Jésus se redresse et l’espérance renaît.

Que le Seigneur nous donne, en ces jours d’Avent qui commencent, cette grâce divine de l’espérance. Voici qu’Il vient dans le secret de nos êtres et de nos rencontres. Voici qu’Il vient au cœur de ce monde en détresse et en crise. Relevons la tête, pour y vivre debout, quelles que soient nos épreuves. Faisons confiance au Sauveur du monde qui est, qui était et qui vient !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Parole et vie

Les autres chroniques du mois