Nous deux,

Responsable de la chronique :
Nous deux

Tu penses comme je pense

Imprimer Par Caroline Pinet

Là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. Saint Paul

Une fois pour toute t’es donné ce commandement : aime et ce que tu veux, fais-le ! Si tu te tais, tais-toi par amour. Si tu parles, parle par amour. Si tu corriges, corrige par amour. Si tu pardonnes, pardonne par amour. Aie au fond du cœur la racine de l’amour. De cette racine ne peut rien sortir que de bon. Saint Augustin.

Isabelle a épousé Louis car il partage les mêmes convictions qu’elle. Ensemble, ils ont cheminé et développé une cohésion conjugale qui les rend plus fort. Isabelle a une forte personnalité, alors que Louis est plus coulant. Celle-ci affirme que dès que Louis pense très légèrement différemment d’elle, elle se fâche ! S’il changeait ses convictions elle dit qu’elle se sentirait trahie.

Stéphanie a épousé Sébastien. Elle est croyante, lui pas du tout. Chacun se respecte et laisse l’autre évolué selon ses convictions. Sébastien a accepté que leurs enfants soient baptisés car pour Stéphanie cela revêt une grande importance.

Dominique et Jean vivent ensemble et sont non-croyants. Pour Jean, si Dominique se convertissait, ce serait la séparation à coup sûr !

Quand l’amour frappe, il y a un contexte bien particulier qui nous échappe parfois. Il arrive souvent que l’autre partage les mêmes croyances que nous, mais ce n’est pas toujours le cas. Et même lorsque c’est le cas, la vie peut nous transformer et nous faire évoluer différemment. Pour Virginie, qui partage sa vie de foi avec son époux, si Pierre perdait la foi, cela ne changerait pas son amour pour lui. Elle ne se sentirait pas non plus trahie. Mais elle s’interrogerait à savoir comment ils ont pu évoluer de manière si différente. « Je serais triste de constater qu’à un certain moment on s’est perdu de vue ! »

La personne qui a fait alliance avec nous pour la vie n’est pas un double ou un miroir de nous-même. Il ne faut pas chercher à contrôler ses pensées, ses convictions. Nous nous sommes engagés à nous aimer pour le meilleur et pour le pire et ce pour la vie ! C’est une grande richesse lorsque nous pouvons échanger ensemble et que nos cœurs peuvent s’accorder. Mais il est aussi important de donner la liberté à l’autre de pouvoir penser à son aise, mais surtout de pouvoir échanger avec nous en toute détente. Quand nous gardons la communication vivante, nous pouvons nous enrichir mutuellement, et ne pas perdre notre essence commune qui est Dieu.

Il est normal que la foi connaisse des saisons, et ces saisons ne sont pas toujours vécues au même rythme. Tout au long de ces périodes, il est important de partager en commun, ne serait-ce qu’un Notre Père quotidien. Quand notre moitié est dans sa saison plus hivernale, la prière personnelle à l’intention de la foi de l’autre est souvent précieuse.

Il est important pour celui qui vit sa foi solidement de persévérer à le faire sans perdre cœur de se retrouver avec un(e) époux(se) à la foi plus tiède. C’est souvent notre constance qui permet à l’autre de retrouver ses repères.

Il ne sert à rien de tyranniser un conjoint en perte de vitesse. Même avec la meilleure intention du monde : sauver sa foi ! Jamais l’amour ne nous dicte d’imposer nos valeurs autour de nous. Dieu, qui est l’Amour même, nous laisse librement venir à lui. Comment oserions–nous faire autrement ? Ayons au fond du cœur la racine de l’Amour dans chacun de nos gestes. De cette racine ne peut rien sortir que du bon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois