Nous deux,

Responsable de la chronique :
Nous deux

C’est un signe

Imprimer Par Caroline Pinet

Anne s’était assise devant son café noir, sirotant à petites lampées le breuvage chaud et amer. Nous parlions de son projet de maison de retraite spirituelle. Son regard bleu etait rempli d’enthousiasme : « Tu te souviens quand je t’ai dit que j’avais besoin d’un lavabo pour la salle commune? Hier, un homme est passé et m’a apporté un lavabo me disant qu’il nous voyait rénover et se demandait si nous en avions besoin. Il a changé le sien et sinon allait le jeter. Si tu le voyais. Il est juste assez gros et pas abîmé du tout! Je crois que c’est signe que Dieu nous veut dans ce projet! » Il faut dire qu’Anne, il lui arrive toujours des trucs extraordinaires, qu’il ne m’arrive jamais! Ou alors n’ai-je pas développé cet œil aux aguets de tout signe divin.

François et Lucie ont l’habitude de soumettre toute situation à Dieu et d’ouvrir la Bible pour en connaître la réponse. La Parole semble toujours en lien direct avec leurs préoccupations. Et de là, ils dégagent une solution à prendre.

Qui n’a pas essayé de tirer la Lumière à partir de la Parole de Dieu? Attendant une réponse noire sur blanc imprimée dans la page : « oui il faut accepter ce travail ». Et on essaie de trouver les mots-clés qui pourraient symboliser notre situation : l’exode pour un déménagement, toute mention au métier de la pêche ou de la menuiserie pour nos situations de travail, le parfum répandu de Marie pour un appel à la prodigalité.

La Parole donnée est un don. Elle nous est parfois donnée et souvent au moment où l’on ne l’attend pas.Parfois, elle peut illustrer parfaitement la situation que l’on vit sans en donner de solution.

Dieu nous appelle à la liberté! Je ne peux nier le vécu d’Anne, Lucie et François où souvent la Providence et la Parole se font vivantes et éclairantes. Il s’agit sans doute de ce que l’on appelle la grâce.

Parfois, avec mon mari, j’essaie de trouver une réponse à une décision importante dans les Écritures. Je n’y trouve jamais de solution. Mais j’y trouve souvent matière à méditation ensemble, moment de prière à deux et temps de paix au sens d’apaisement. Dieu nous a unis. Il nous a voulu libre. Il estime sûrement que nous sommes capables de bien prendre nos décisions. Un peu comme quand mes grands, jeunes adultes, me demandent quelle décision prendre. Je les écoute. J’essaie de faire ressortir les points forts et faibles de leurs décisions à prendre, mais espère les voir décider par eux-mêmes ce qui leur convient. Comment pourrais-je décider à leur place ce qui engagera leur vie?

Mari et femme, nous sommes adultes. Nous construisons ensemble la vie que nous partageons. Dieu ne trace pas notre scénario d’avance, sinon, nous ne serions que ses pantins exécutant ses scripts. Dieu est-il alors absent de nos vies? Certainement pas. Dans toutes nos décisions, nous devons, comme chrétiens, essayer d’accomplir ce qui nous permettra de toujours mieux aimer. Dans la décision que nous devons prendre où y a-t-il le plus d’amour à donner? L’éclairage de la Parole de Dieu prend alors tout son sens en nous montrant comment Jésus a aimé le Monde et comment nous pouvons nous rapprocher de sa Vie. Il nous faut vivre notre vie qui comporte ses caractéristiques propres. Nous devons la vivre avec le plus d’amour. Car s’il y a bien un signe de la Présence de Dieu, c’est bien celui de l’Amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous deux

Les autres chroniques du mois