École de la prière,

Responsable de la chronique : Christine Husson, l.o.p.
École de la prière

Reste avec moi

Imprimer Par Padre Pio

Reste avec moi, Seigneur,
car il nécessaire de t’avoir présent
pour ne pas t’oublier:
tu sais avec quelle facilité je t’abandonne.

Reste avec moi, Seigneur,
parce que je suis faible:
j’ai besoin de ta force pour ne pas tomber,
sans toi je suis sans ferveur.

Reste avec moi, Seigneur,
parce que tu es ma lumière:
montre moi ta volonté pour que
j’entende ta voix et te suive.

Reste avec moi pour que je te sois fidèle:
si pauvre que soit mon âme, elle désire
être pour toi un lieu de consolation.

Reste avec moi, Seigneur,
parce qu’il se fait tard et que le jour décline:
la vie passe, l’éternité approche
et il est nécessaire de refaire mes forces
pour ne pas m’arrêter en chemin.

Reste avec moi, Seigneur,
parce que j’ai besoin de toi
dans cette nuit de la vie et des dangers:

Fais que je te reconnaisse
comme tes disciples à la fraction du pain,
c’est à dire que la Communion eucharistique
soit la Lumière qui dissipe les ténèbres,
la Force qui me soutienne
et l’unique Joie de mon cœur.

Reste avec moi, Seigneur,
parce qu’à l’heure de ma mort,
je veux rester uni à toi
sinon par la Communion,
du moins par la Grâce et l’Amour.

Je ne demande pas les consolations divines,
parce que je ne les mérite pas,
mais le don de ta présence,
oh oui! Je te le demande, Seigneur.

Reste avec moi
car c’est toi seul que je cherche,
ton amour, ta grâce, ton coeur, ton esprit:
je t’aime et ne demande d’autre récompense
que de t’aimer davantage.

Padre Pio (1887-1968)
Capucin italien

5 réflexions au sujet de « Reste avec moi »

  1. AM

    votre prière est incomplète : il manque cette partie qui s’insère avant « je ne demande pas les consolations divines » :
    Faites que je Vous reconnaisse comme vos disciples à la fraction du pain, c’est à dire que la Communion eucharistique soit la Lumière qui dissipe les ténèbres, la Force qui me soutienne et l’unique Joie de mon cœur. Restez avec moi, Seigneur, parce qu’à l’heure de ma mort, je veux rester uni à Vous sinon par la Communion, du moins par la Grâce et l’Amour.

    Répondre
      1. AM

        euh, ce serait peut-être mieux en uniformisant la forme aussi (tu, vous, majuscules). 🙂
        (pas nécessaire d’afficher ce commentaire)

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

École de la prière

Les autres chroniques du mois