Témoins du Christ,

Responsable de la chronique :
Témoins du Christ

Père André Caloone, missionnaire d’Afrique tué au Rwanda en 1994

Imprimer Par Armand Duval

Ordonné prêtre à Carthage en 1954, André fut nommé immédiatement en Haute-Volta, le Burkina Faso actuel. Et en janvier 1967, il vient œuvrer au Rwanda jusqu’à sa mort survenu tragiquement le 7 avril 1994.
Présidant une Eucharistie à la mémoire d’André, en présence de sa famille et de ses confrères Pères Blancs, à Saint-Gérarde de Lambersart, le 8 mai 1994, Hans-Michael Hürter, qui se trouvait aux côtés d’André lorsqu’il fut abattu de deux balles, lui rendit un fraternel hommage…

« André était un missionnaire-prêtre à cent pour cent ; il savait ce qu’il voulait, pour lui-même et pour les autres. Il préparait avec soin ses homélies en kinyarwanda, comme les liturgies et les instructions aux divers mouvements chrétiens de la paroisse, avec une prédilection spéciale pour la Ligue du Sacré-Cœur et la Légion de Marie. Il y a, au Rwanda, un proverbe qui décrit bien l’attitude missionnaire d’André Caloone : « Akami ka muntu ni umutima we » (Le petit roi de l’homme, c’est son cœur). André avait le cœur large pour accueillir, pour recevoir. Il avait le don de patience pour écouter, être attentif aux autres, pour sentir leur cœur, atteindre le plus profond d’eux-mêmes. Son cœur était ouvert aux détresses, aux problèmes des gens de sa paroisse, comme il partageait aussi leurs joies, notamment le jour de Pâques, au moment des baptêmes.

Le matin du 7 avril, au début des troubles dans le pays, il disait aux ouvriers et aux gens qu’il rencontrait : « Nous allons prier pour votre pays, et pour la paix dans les cœurs ! » et, au cours de la matinée, alors que les fusils se faisaient entendre, il passa un bon moment à la chapelle, pour confier au Seigneur le Rwanda et les Rwandais. C’est devant cette chapelle qu’il repose désormais.

André était un missionnaire passionné, travaillant beaucoup pour son âge, allant dans les succursales à pied : c’était sa manière d’être solidaire avec le peuple qu’il aimait profondément ; ainsi, disait-il, il se rendait compte des distances que les gens devaient parcourir pour venir aux instructions et aux offices. Et, surtout, il aimait s’arrêter, dire bonjour ici et là et découvrir cette paroisse où il n’était que depuis quelques mois. On le voyait au marché, chez les personnes âgées et les malades ; partout, on lui faisait bon accueil, on aimait ses visites.

Les pères de la paroisse de Ruhuha avaient coutume de célébrer l’Eucharistie entre eux, chaque lundi soir ; André préparait cette messe avec soin, et dans le partage de prière, on sentait combien il était proche des gens. Il suivait attentivement les préparatifs du synode des évêques africains à Rome, encourageait aussi les activités de ses confrères plus jeunes en faveur de Justice et Paix. Il était revenu très content de la marche pour la Paix avec les cinq mille chrétiens de notre région et portait en son cœur l’espoir d’un avenir de paix pour le Rwanda, c’est pour cela qu’il voulait rester sur le terrain, pour vivre jusqu’au bout les espoirs, les peines et les joies des Rwandais ».

ET LE SUPÉRIEUR GENERAL DES PERES BLANCS, DANS UNE LETTRE A LA FAMILLE D’ANDRÉ, LUI RENDAIT HOMMAGE AUSSI…

« Par amour et fidélité, André est resté au milieu de son peuple dans la tourmente, et il a payé cette fidélité de sa vie. C’est le témoignage le plus fort qu’il pouvait nous donner à l’authenticité de son engagement missionnaire. En cela son sacrifice est pour nous un geste de grande valeur. En ce temps de Pâques, nous redécouvrons, dans la foi, à la suite du Christ, comment une vie offerte par amour peut devenir source de vie nouvelle, comme un grain de blé semé en terre et qui germe. André a célébré sa Pâque avec le Christ jusqu’au bout et nous sommes sûrs, de tout la force de notre foi, qu’il partage avec lui maintenant la joie du Ressuscité ».

5 réflexions au sujet de « Père André Caloone, missionnaire d’Afrique tué au Rwanda en 1994 »

  1. LECUYER Therry

    Plus de 10 ans après ton trajique départ je penses beaucoup à toi TONTON ANDRE, tu manques énormément à tout le monde . Thierry

    Répondre
    1. francoise hennache

      tout à fait d accord avec mon beau frère;tu nous manques mais je sais,et je sens,que tu es auprès de nous surtout en ce moment.pensons toujours à toi.

      Répondre
    2. Bonaventure

      RIP Father Andre, I was told he tried his best to save my mother Esperence, my brother Lambert and my two sisters Solange et Charlotte. The militia I met personally 7 years ago told me the whole tragedy. My last time I visited my former parish Ruhuha the priest in charge showed me where he was buried in the garden just in front of the door. These memories are still hunting me even today. I will never forget him.

      Répondre
  2. abbe onesphore ntivuguruzwa

    Oui.Andre reste dans nos coeurs .Il est notre modele dans la mission .Je fus cure de ruhuha .Maintenant je suis dans la paroisse de Rulindo.Qu’il repose en paix.

    Répondre
  3. Brigitte PICQUENOT

    Le père Calonne est dans mon cœur, lui qui porte le même prénom de mon père biologique André.
    Je remercie Dieu TOUT Puissant pour mon séjour à la Paroisse de Ruhuha au Rwanda, j’en garde au fond de mon cœur un souvenir impérissable.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Témoins du Christ

Les autres chroniques du mois