Patristique,

Responsable de la chronique :
Patristique

La descente aux enfers

Imprimer Par Saint Épiphane de Salamine

Que se passe-t-il ? Aujourd’hui, grand silence sur la terre ; grand silence et ensuite solitude parce que le Roi sommeille. La terre a tremblé et elle s’est apaisée parce que Dieu s’est endormi dans la chair et il a éveillé ceux qui dorment depuis les origines. Dieu est mort dans la chair et le séjour de morts s’est mis à trembler.

C’est le premier homme qu’il va chercher, comme la brebis perdue. Il veut aussi visiter ceux qui demeurent dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort. Oui, c’est vers Adam captif, en même temps que vers Ève, captive elle aussi, que Dieu se dirige, et son Fils avec lui, pour les délivrer de leurs douleurs.

Le Seigneur s’est avancé vers eux, muni de la croix, l’arme de sa victoire. Lorsqu’il. le vit, Adam, le premier homme, se frappant la poitrine, dans sa stupeur, s’écria vers tous les autres : « Mon Seigneur est avec nous tous ! » Et le Christ répondit à Adam : « Et avec votre esprit ». Il le prend par la main et le relève en disant : « Éveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera.

C’est moi, ton Dieu, qui, pour toi, suis devenu ton Fils ; c’est moi qui, pour toi et pour tes descendants, te parle maintenant et qui, par ma puissance ordonne à ceux qui sont dans les chaînes : Sortez ! A ceux qui sont dans les ténèbres : Soyez illuminés ! À ceux qui sont endormis : Relevez-vous !

Je te l’ordonne : Éveille-toi ô toi qu dors, je ne t’ai pas créé pour que tu demeures captif du séjour des morts. Relève-toi, œuvre de mes mains ; lève-toi, mon semblable, qui a as été créé à mon image. Éveille-toi, sortons d’ici. Car tu es en moi et moi en toi, nous sommes une seule personne indivisible.

C’est pour toi que moi, ton Dieu, je suis devenu ton fils ; c’est pour toi que moi, le Maître, j’ai pris la forme d’esclave ; c’est pour toi que moi, qui domine les cieux, je suis venu sur la terre et au-dessous de la terre ; c.’est pour toi, l’homme, que je suis devenu un homme abandonné, libre entre les morts ; c’est pour toi, qui es sorti du jardin, que j’ai été livré aux Juifs dans un jardin et que j’ai été crucifié dans un jardin. …

Lève-toi, partons d’ici ! L’ennemi t’a fait sortir de la terre du Paradis ; moi, je ne t’installerai plus dans le paradis, mais un trône céleste. Je t’ai écarté de l’arbre symbolique de la vie ; mais voici que moi qui suis la vie, je ne fais qu’un avec toi. J’ai posté les chérubins pour qu’ils te gardent comme un serviteur ; je fais maintenant que les chérubins t’adorent comme un Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Patristique

Les autres chroniques du mois