Nous deux,

Responsable de la chronique :
Nous deux

Le partage des tâches

Imprimer Par Caroline Pinet

La mesure de l’Amour est d’aimer sans mesure
Saint Augustin

Dans les contes de fées, l’histoire se termine par le mariage de la princesse et du prince charmant. « Ils vécurent heureux et eurent de nombreux enfants. » Après les multiples épreuves du récit, les noces viennent clore l’histoire des deux protagonistes, laissant le lecteur dans l’illusion que tout est réglé à jamais.

Pourtant, dans la vie de couple, le vrai récit débute vraiment avec le mariage. Les moments heureux, les enfants, mais aussi les épreuves et les tâches quotidiennes. Les contes ne nous disent pas que Cendrillon et son charmant époux avaient la vaisselle à faire, le plancher à balayer, les piles de vêtements à plier, les feuilles du jardin à ramasser, la salle de bain à nettoyer après le barbotage des petits.

À côté de l’épreuve dévorante des tâches routinières, Barbe-Bleue c’est de la rigolade! Le couple, tout au long de son histoire, devra trouver sa formule pour traverser l’exigence quotidienne qui l’attend.

Jadis, les rôles étant distribués d’avance, le partage des tâches s’effectuait sans mélange des genres. Les temps ont changé, les rôles aussi, il n’est plus aussi aisé d’établir le partage à ce chapitre. Comment rendre le travail domestique équitable? Faut-il tout diviser à cinquante pour cent et surveiller que l’autre assume toute sa part?

C’est à chaque couple de trouver sa solution, et ce qui lui convient, mais le mieux est d’éviter l’esprit calculateur. Dès que l’on se met à calculer, le ressentiment se met à rôder. Soudain, j’ai l’impression que j’en fais plus que l’autre. Je perds de vue toute sa contribution. Les tâches deviennent des corvées.

Quand on aime, on ne compte pas! Dieu nous appelle à l’amour et au dépassement jusque dans le travail le plus humble. Si chacun aime l’autre profondément, il fera tout pour lui alléger la part de travaux qui lui revient.

Que chacun ait pour obsession, non pas ce que l’autre n’a pas fait, mais le souci qu’il en ait moins à faire, par amour. C’est sans doute le meilleur moyen pour vivre heureux en couple jusqu’à la fin des temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois