Patristique,

Responsable de la chronique :
Patristique

Jeune, aumône, priere. Un seul mot les résume tous : l’amour

Imprimer Par Clément de Rome

Clément I, troisième successeur de Pierre, (88-97), est l’auteur d’une lettre qui serait le premier document en faveur de la suprématie de l’évêque de Rome. Il intervient ici auprès de l’Église de Corinthe en proie à des troubles internes graves entres factions rivales qui s’adressent les unes à Jean, dernier apôtre encore vivant, les autres à Clément. Dans cette lettre, exposé de la foi telle que vécue à la fin du 1er siècle, Clément mêle une bonté paternelle à une fermeté et un sens inné de l’autorité. Saint Irénée de Lyon écrivait : « Clément a connu les bienheureux apôtres, il avait encore à l’oreille la prédication apostolique et leur souvenir devant les yeux. » Origène soutient qu’il était le compagnon de Paul (Ph.4.3) , mais le doute place sur cette affirmation. Clément est reconnu comme la Patron des mariniers pour avoir été martyrisé en étant précipité au fond de la mer une ancre de marine accrochée au cou

« Que celui qui possède l’amour en Christ accomplisse les commandements du Christ !
Le lien de l’amour de Dieu, qui l’expliquera ?
Sa sublime beauté qui l’exprimera avec justesse ?
La hauteur à laquelle l’amour nous élève est ineffable.
L’amour nous unit étroitement à Dieu.
L’amour couvre une multitude de péchés (1 P 4, 8).
L’amour supporte tout,
L’amour patiente en tout.
Rien de vil dans l’amour,
Rien d’orgueilleux.
L’amour ne sème pas la division,
Il ne fomente pas la sédition.
Il accomplit tout dans la concorde.
Dans l’amour, tous les élus de Dieu sont amenés à la perfection.
Sans amour, rien n’est agréable à Dieu.
C’est dans l’amour que le Maître nous a pris à lui ;
c’est à cause de l’amour qu’il a eu pour nous,
que Notre Seigneur Jésus-Christ a donné son sang pour nous, selon la volonté de Dieu,
sa chair pour notre chair, son âme pour nos âmes.
Voyez, bien-aimés, combien l’amour est grand et admirable. Sa perfection ne peut être explicitée.
Qui peut être trouvé en lui, sinon celui que Dieu aura rendu digne ?

Prions-le donc, et implorons sa miséricorde afin que nous soyons trouvés dans l’amour, sans partialité humaine, irréprochables.

Depuis Adam jusqu’à ce jour, toutes les générations ont passé, mais ceux qui ont été trouvés dans l’amour, selon la grâce de Dieu, posséderont le séjour des saints, lesquels seront manifestés lors de la manifestation de la royauté du Christ. De fait, il est écrit : Entrez dans vos chambres un instant, jusqu’à ce que soient passées ma colère et ma fureur ; et je me souviendrai d’un jour favorable, et je vous relèverai de vos tombeaux (Is 26, 20 ; Ez 37, 12).

Bienheureux sommes-nous, bien-aimés, si nous accomplissons les commandements de Dieu dans la concorde de l’amour, pour que nos péchés nous soient remis à cause de l’amour. Car il est écrit : Bienheureux ceux dont les iniquités ont été remises, et les péchés couverts. Bienheureux l’homme à qui le Seigneur n’impute son péché et dont la bouche est sans fraude (Ps 31,1-2).

Cette béatitude a été composée pour ceux qui ont été élus de Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui est la gloire pour les siècles des siècles. Amen. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Patristique

Les autres chroniques du mois