Éditorial,

Responsable de la chronique :
Éditorial

Et quand on a trouvé ?

Imprimer Par Paul-André Giguère

La recherche ou la quête spirituelle : c’est elle qui vous conduit, comme la majorité de nos visiteurs, vers ce site. Parce que vous êtes engagé ou engagée dans un voyage intérieur exigeant souvent, sérieux toujours. Voilà pourquoi on trouve régulièrement ici des thèmes comme cheminement, doute, questions, désir, quête, soif, ouverture, mouvement, pèlerinage. Voilà pourquoi le site spiritualite2000.com présente une telle diversité de matériaux offerts comme autant d’aliments, de boissons, de cartes routières, de lieux de repos, de points de rencontre pour la route sur laquelle vous avancez.

Mais sur les chemins du spirituel, il arrive – heureusement – que certains, qui ont cherché jusqu’à y laisser parfois une part importante d’eux-mêmes, il arrive, dis-je, qu’ils trouvent. Une vérité. Une lumière. Une libération. Une conviction. Une réponse. Un espace intérieur qui est véritablement le leur. Une intensité. Une simplicité. Une paix. Une réconciliation. Une communion avec d’autres. Une harmonie intérieure. Une joie.

À ce moment, ils commencent d’abord par s’arrêter, un peu incrédules. Ils déposent leur bagage. Ils se déposent. Tout simplement. Les voici arrivés. De l’autre côté de la rivière ou du ravin. Ou, peut-être, à la maison. Enfin. Enfin. Est-ce possible ? Est-ce que c’est bien cela, ce qu’ils cherchaient depuis si longtemps ? Se pourrait-il que cela ressemble à cette simplicité-là, à cette clarté-là, à cette réponse-là ?

Commentant un éditorial précédent, une visiteuse m’écrivait qu’elle avait peine à trouver un lieu où elle pourrait être accueillie et reçue avec tout l’amour pour Dieu qui avait fait irruption dans sa vie. Elle éprouvait une grande solitude en constatant qu’autour d’elle, on restait froidement indifférent à ce qui la rendait maintenant si vivante. Elle ne pouvait demeurer seule. Elle éprouvait un immense besoin de partager la plénitude qui l’avait saisie, de témoigner de cet amour, de l’offrir. Elle éprouvait comme un besoin impérieux de se mettre en rapport avec des gens qui, en partageant à leur tour leur découverte de cette Présence dans leur vie, l’aideraient à la saisir pleinement dans ma propre vie.

Le danger qui guettent ceux qui ont trouvé, c’est de s’arrêter là. Paradoxalement, les véritables chercheurs d’absolu ne veulent pas, ne peuvent pas mettre fin au voyage. C’est souvent ainsi que naissent les sectes. Autour d’une vérité qui devient absolue. Mais la recherche spirituelle authentique sait de pas se fixer à l’oasis ni dresser des tentes sur la montagne inondée de lumière. Comme les Juifs l’ont compris en intégrant à la Bible le poème dramatique connu comme « le Chant des chants », la quête spirituelle ressemble au désir amoureux. D’avoir enfin trouvé la personne qui est l’objet de son désir loin d’éteindre celui-ci, l’attise. Ne pourrait-on pas dire encore que c’est comme ce qui est dit du buisson ardent (Exode 3,2) : le buisson brûle de feu, mais le buisson n’est pas consumé ?

La Bible fait encore écho à cette expérience lorsqu’elle nous livre cette conviction formulée il y a environ 22 siècles et placée dans la bouche de la Sagesse elle-même : Avancez-vous vers moi si vous me désirez, gavez-vous des biens que j’enfante car : Hériter de moi est plus doux que le miel, se souvenir de moi est plus doux que le miel. Qui me mange aura toujours faim, qui me boit aura toujours soif (Ben Sirac 24, 19-21).

Le site spiritualite2000.com demeure au service prioritaire de ceux et celles qui sont en chemin. Mais il est animé et soutenu par des hommes et des femmes vivants qui ont trouvé. Ils et elles ont trouvé une Présence, et se sont trouvés eux-mêmes ou elles-mêmes, dans une tradition : la tradition de l’Évangile et la tradition de saint Dominique. Ils et elles se font une joie de partager ce qui a été trouvé. Et, dans cet acte même, ils et elles poursuivent – avec vous – leur propre itinéraire intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Éditorial

Les autres chroniques du mois