Cinéma d'aujourd'hui,

Responsable de la chronique : Gilles Leblanc
Cinéma d'aujourd'hui

Deux frères : ARSENAULT ET FILS et COMPÉTITION OFFICIELLE

Imprimer Par Gilles Leblanc

La rivalité entre deux frères est un thème récurrent au cinéma. Deux productions récentes en font avec succès le cœur de leur intrigue. Dans ARSENAULT ET FILS, le talentueux Québécois Rafaël Ouellet livre un suspense prenant sur le quotidien douteux de deux frères aux antipodes l’un de l’autre. Puis, les Argentins Mariano Cohn et Gaston Duprat réalisent dans COMPETITION OFFICIELLE une satire exubérante du cinéma avec deux comédiens de style contraire dans la vie, qui interprètent des frères ennemis. 

ARSENAULT ET FILS

Dans son dernier film, le réalisateur du merveilleux CAMION brosse un portrait de mœurs vivant et rugueux campé dans un univers peu montré sur les écrans québécois, celui d’une famille de chasseurs impliquée dans des activités criminelles. 

Dès son arrivée dans une petite ville du Témiscouata, la journaliste Émilie sème la bisbille entre Adam, pompier volontaire un peu timide, et Anthony, le frère cadet de ce dernier, tête brûlée notoire.

Ceux-ci sont membres de l’influent clan Arsenault, braconniers de pères en fils, dont le garage sert d’entrepôt pour la viande de gibier sauvage qu’ils vendent illégalement, au Nouveau-Brunswick et dans le Maine. Souvent visés par les vérifications des agents de la faune, les Arsenault connaissent bien la façon de dissimiler leurs opérations.

Efficace et tendu, le récit préserve habilement ses zones d’ombre, Rafaël Ouellet faisant pleinement confiance au spectateur pour interpréter, selon sa sensibilité, les éléments de l’intrigue demeurés inexpliqués. Traversée de jolis éclairs poétiques, la mise en scène de Ouellet exploite de manière évocatrice le décor forestier.

Solide, la distribution est dominée par Pierre-Paul Alain, un acteur peu vu au cinéma mais doté d’un charisme exceptionnel, qui impressionne dans le rôle d’un chien fou incontrôlable. Pour leur part, Guillaume Cyr, le frère ambivalent, et Karine Vanasse, l’animatrice de radio, tirent bien leur épingle du jeu.

COMPÉTITION OFFICIELLE

Cette comédie satirique du cinéma d’auteur et des coulisses de l’industrie, le bien nommé COMPÉTITION OFFICIELLE (qui a concouru à la Mostra de Venise en 2021), se distingue par le grand soin accordé aux décors et à la composition des plans.

Le jour de ses 80 ans, l’homme d’affaires Humberto Suarez émet le désir de léguer à la postérité une œuvre remarquable. Pourquoi ne pas financer le tournage d’un film, qui serait digne de concourir dans un grand festival? Après avoir obtenu les droits d’un roman à succès sur la rivalité entre deux frères, le millionnaire vaniteux engage Lola Cuervos pour le porter à l’écran.

Cinéaste d’avant-garde excentrique, cette dernière corse l’épreuve en faisant appel à deux personnalités diamétralement opposées pour tenir les rôles principaux : Felix Rivero, comédien populaire ayant fait carrière à Hollywood, et Yvan Torres, acteur et metteur en scène de théâtre défendant des idéaux artistiques nobles et élevés.

Contrairement à plusieurs films sur le tournage d’un film comme l’inoubliable NUIT AMÉRICAINE de François Truffaut, celui-ci se concentre sur les répétitions préliminaires, de manière à mettre davantage en relief les techniques de jeu contrastées de deux comédiens recrutés par la réalisatrice.

On dénombre quelques développements prévisibles et des effets comiques faciles dans le scénario des Argentins Mariano Cohn et Gaston Duprat. Ceux-ci sont toutefois transcendés par les performances réjouissantes des vedettes Penélope Cruz, Antonio Banderas et Oscar Martinez.

Gilles Leblanc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cinéma d'aujourd'hui

Les autres chroniques du mois