Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour le 21e Dimanche T.O. (C)

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Mettons-y le prix!

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 13, 22-30)

En ce temps-là,
    tandis qu’il faisait route vers Jérusalem,
Jésus traversait villes et villages en enseignant.
    Quelqu’un lui demanda :
« Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? »
Jésus leur dit :
    « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite,
car, je vous le déclare,
beaucoup chercheront à entrer
et n’y parviendront pas.
    Lorsque le maître de maison se sera levé
pour fermer la porte,
si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte,
en disant :
‘Seigneur, ouvre-nous’,
il vous répondra :
‘Je ne sais pas d’où vous êtes.’
    Alors vous vous mettrez à dire :
‘Nous avons mangé et bu en ta présence,
et tu as enseigné sur nos places.’
    Il vous répondra :
‘Je ne sais pas d’où vous êtes.
Éloignez-vous de moi,
vous tous qui commettez l’injustice.’
    Là, il y aura des pleurs et des grincements de dents,
quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob,
et tous les prophètes
dans le royaume de Dieu,
et que vous-mêmes, vous serez jetés dehors.
    Alors on viendra de l’orient et de l’occident,
du nord et du midi,
prendre place au festin dans le royaume de Dieu.
    Oui, il y a des derniers qui seront premiers,
et des premiers qui seront derniers. »

COMMENTAIRE

Dans les compétions sportives, certains participants récoltent des médailles, d’autres pas. Il faut travailler fort. Être bien préparé. Être en forme. Avoir un bon entraîneur, de bons supporteurs. Du talent. Tout le monde ne peut pas gagner. Chaque fois un tout petit nombre y parvient même si tous espèrent monter sur le podium.

Au terme de notre existence terrestre qu’en sera-t-il? Est-ce que ce sera encore la loi du petit nombre? Le bonheur éternel est-il réservé à peu de monde? Y aura-il une sélection inexorable qui fera qu’on ne pourra pas y parvenir? Comme si c’était trop difficile et quasi impossible d’être accueilli dans le Royaume des Cieux?

Jésus ne parle pas dans ce sens. Ce n’est pas là le message de la Parole de ce dimanche. Il est dit plutôt que plusieurs et même le plus grand nombre auront leur chance. Que tous et chacun nous pourrions et devrions entrer, mais qu’il faut surtout prendre au sérieux l’opportunité qui nous en est offerte. Il y a une porte par où passer à tout prix, la porte étroite de la conversion, la porte sainte de la miséricorde. N’attendons pas qu’il soit trop tard pour nous y présenter. Ce n’est pas demain ou plus tard, c’est tout de suite que la porte s’ouvre. 

Dépêchons-nous! Il s’agit de nous organiser pour être reconnu par le Seigneur. Ce qui veut dire laisser son Esprit s’emparer de nous, lui permettre d’influencer notre vie et d’y apposer son empreinte, pour que nous ayons déjà le goût, la couleur et les mœurs du Royaume. C’est la façon de nous montrer dignes d’entrer,  et déjà même introduits dans la Paix du Royaume. 

Tous sont les bienvenues à ce banquet, et c’est même tout de suite qu’on y prend place. Or y entrer, cela ne veut pas dire être allé à la messe tout le temps, avoir fait mille sacrificesou savoir répéter parfaitement les leçons du catéchisme. Cela veut dire mener une vie droite, pratiquer la justice, vivre réellement les valeurs de l’Évangile qui, au fond, sont des valeurs profondément humaines. Il s’agit de pencher du bon bord. De mener une vie honnête et bonne et sincère. Ainsi nous serons reconnus par le Seigneur comme étant des siens. Il nous reconnaitra si nous sommes ainsi marqués de lumière, d’humilité, d’amour, imprégnés de sa miséricorde et de son pardon. Il verra bien qui nous sommes, que nous sommes de lui.

Il s’agit donc d’accueillir l’amour et la miséricorde de Dieu dans notre vie, de laisser la grâce du Crucifié glorifié, ressusciténous rejoindre et prendre effet dans notre vie. En fin de compte, c’est laisser Dieu venir chez nous, lui ouvrir la petite porte de notre cœur, plus qu’aller chez lui. Ouvrons-lui donc chaque jour la porte. Il viendra de mille façons, dans les moments d’épreuves comme dans les instants de joie et d’exultation, il viendra lui-même produire en nous son effet de Pâques dès maintenant. Pour notre joie, pour notre paix, pour une vie éternelle déjà commencés en nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois