Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour le 19e Dimanche T.O. (C)

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Fidèles, honnêtes et vigilants!

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 12, 35-40)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Restez en tenue de service,
votre ceinture autour des reins,
et vos lampes allumées.
    Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces,
pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.
    Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée,
trouvera en train de veiller.
Amen, je vous le dis :
c’est lui qui, la ceinture autour des reins,
les fera prendre place à table
et passera pour les servir.
    S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin
et qu’il les trouve ainsi,
heureux sont-ils !
    Vous le savez bien :
si le maître de maison
avait su à quelle heure le voleur viendrait,
il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison.
    Vous aussi, tenez-vous prêts :
c’est à l’heure où vous n’y penserez pas
que le Fils de l’homme viendra. »

COMMENTAIRE

Toute la parole ce matin nous dit qu’il nous faut être des veilleurs. Qu’il nous faut être constamment en tenue de service. Porter avec soi la lumière, porter bien haut le flambeau de la foi et de l’espérance dans un monde qui cherche sa route, qui cherche des appuis solides, des valeurs sûres. 

La tenue demandée par le maître : c’est la tenue de service. Non pas une attente passive. Mais un engagement actif pour le Royaume. Et si la tâche qui nous est confiée n’était autre que le service de la charité, à l’exemple du Seigneur Jésus ?  Si notre appel était d’être serviteurs et servantes de l’amour, en nous mettant au service de nos frères et sœurs dans la gratuité et le désintéressement, ne cherchant rien d’autre que de hâter l’avènement du Royaume dans les cœurs,  dans le monde?  La parole du Seigneur nous presse de nous désencombrer de ce qui risque de nous détourner d’un tel projet, de fuir l’accaparement des richesses de tous ordres ?  « Vendez ce que vous avez, nous conseille Jésus, et donnez-le en aumône »

Ici nous retrouvons beaucoup d’hommes et de femmes qui au cours des siècles ont compris ce message du Christ et l’ont pris au sérieux. Les chantiers dans lesquels ils se sont engagés sont variés, aussi variés qu’il y a de situations particulières, de terrain à couvrir, d’hommes et de femmes en attente du Royaume.

Il y a ceux qui assument les tâches de la politique, de la gouvernance de l’État, avec le souci des plus pauvres et de la justice pour tous. Des hommes et femmes de bon sens et de paix. Ne travaillant pas pour eux-mêmes, mais pour les autres. Ils sont des serviteurs et des servantes du bien commun.

Il y a ceux et celles qui plongent dans la recherche du vrai et de la lumière pour en faire profiter le monde avec l’éclairage d’un enseignement renouvelé pour l’éveil des esprits et des consciences. Le service d’un écrit, d’une causerie, d’un cours. Le service de la recherche et de l’enseignement.

Il ya ceux et celles qui posent les gestes d’accompagnement des malades, des soins à leur donner, de l’aide à leur apporter. Dévouement médical et infirmier. Toutes ces heures passées au chevet d’un malade. Le service d’une compétence, d’une présence.

Il y a ceux et celles qui se portent au secours des plus démunis, des plus petits, des plus jeunes dans la vie, des orphelins, des laissés pour compte. Le service de tous ces pauvres qui sont si nombreux partout dans le monde.

Il y a celles et ceux qui assurent le service de veille dans la prière et la contemplation. Avec un regard tourné vers la divine lumière, et le cœur attentif aussi au prochain dans la détresse, dans le besoin, en quête de dialogue et de communion. Service inséparable de Dieu et du prochain.

Chose certaine c’est que tous ces chantiers et bien d’autres sont des lieux d’humanité où Dieu lui-même en ses serviteurs et servantes, ses amis, jette un regard de bienveillance et d’amour. Il en a confié le soin et la préoccupation à des hommes et des femmes qui dans la joie et l’amour veulent bien mettre leur talent, leur temps, leur compétence, la grâce particulière qui est la leur pour qu’advienne le Royaume, pour que le droit et la justice soient à l’honneur, pour que le pauvre et l’opprimé soient secourus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois