Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour le 17e Dimanche T.O. (C)

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Père ! Notre Père !

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 11, 1-13)

    Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière.
Quand il eut terminé,
un de ses disciples lui demanda :
« Seigneur, apprends-nous à prier,
comme Jean le Baptiste, lui aussi, l’a appris à ses disciples. »
    Il leur répondit :
« Quand vous priez, dites :
‘Père,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne.
    Donne-nous le pain
dont nous avons besoin pour chaque jour
    Pardonne-nous nos péchés,
car nous-mêmes, nous pardonnons aussi
à tous ceux qui ont des torts envers nous.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation. »
    Jésus leur dit encore :
« Imaginez que l’un de vous ait un ami
et aille le trouver au milieu de la nuit pour lui demander :
‘Mon ami, prête-moi trois pains,
    car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi,
et je n’ai rien à lui offrir.’
    Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond :
‘Ne viens pas m’importuner !
La porte est déjà fermée ;
mes enfants et moi, nous sommes couchés.
Je ne puis pas me lever pour te donner quelque chose’.
    Eh bien ! je vous le dis :
même s’il ne se lève pas pour donner par amitié,
il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami,
et il lui donnera tout ce qu’il lui faut.
    Moi, je vous dis :
Demandez, on vous donnera ;
cherchez, vous trouverez ;
frappez, on vous ouvrira.
    En effet, quiconque demande reçoit ;
qui cherche trouve ;
à qui frappe, on ouvrira.
    Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson,
lui donnera un serpent au lieu du poisson ?
    ou lui donnera un scorpion
quand il demande un œuf ?
    Si donc vous, qui êtes mauvais,
vous savez donner de bonnes choses à vos enfants,
combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint
à ceux qui le lui demandent ! »

COMMENTAIRE

Le sujet n’est pas beaucoup à la mode. La prière, en effet, suscite moins d’intérêt aujourd’hui qu’elle n’en suscitait autrefois. On n’a plus le temps de prier. Et puis prier, c’est difficile, c’est fatiguant, pour ne pas dire ennuyant. Sans compter les distractions, la lassitude, l’oubli… Alors prier, pourquoi? Comment prier encore? À l’heure de l’efficacité, des puissants moyens techniques et de toutes les libertés, ne peut-on pas s’arranger autrement?

Pas si sûr que ça! Pour Jésus en tout cas, la prière était quelque chose d’important, de vital, de primordial. C’était comme sa respiration, son bonheur et sa joie, une douce nécessité!  Il prenait le temps de prier. S. Luc nous en parle souvent. Jésus s’attardait longuement, semble-t-il, dans une prière personnelle. Tellement qu’un disciple un jour lui fait la demande : Seigneur, apprends-nous à prier. La réponse du Seigneur nous a valu le Notre Père, comme si Jésus nous donnait-là le secret de sa prière à lui, comme s’il nous livrait là quelque chose de son âme en prière.

Mais avant de revenir rapidement sur la prière de Jésus, voyons quelle attitude il nous invite à prendre quand nous prions et quelle audace il nous dit que nous pouvons avoir.

Il nous raconte cette anecdote au sujet de l’homme venu dans la nuit déranger son ami parce qu’il avait besoin de pain pour cet autre ami arrivé de voyage. L’histoire est un peu comique. Mais elle évoque bien le cadre amical et familier qui devrait envelopper, entourer notre prière. Prier Dieu, c’est une affaire de cœur, d’urgence et de nécessité; c’est nous engager avec lui dans une relation de confiance, où l’audace et le sans-gêne ont leur place. Même si un ami exaspéré par les suppliques de son copain voudrait l’envoyer promener, Dieu, lui, n’est jamais exaspéré par ses amis. Il est l’être le plus patient et le plus tolérant et le plus aimant au monde. Il ne faut pas craindre de le fatiguer, de le scandaliser. Il comprend ceux qui se tournent vers lui.

Mieux ou plus qu’un ami, il est pour nous un père qui sait ce dont nous avons besoin et qui jamais ne voudrait nous tromper ni s’amuser à nos dépens, ni nous envoyer promener.  Au contraire il sait nous combler et nous gâter, en ajoutant du poisson et des œufs quand nous ne lui demandons que du pain. En Père bienveillant, tout-puissant et plein de tendresse, Dieu nous donnerait la lune, si nous la lui demandions; bien plus il irait jusqu’à nous donner l’Esprit-Saint si tel était notre désir.

Avec tout cela, il faut penser que Dieu a déjà tout préparé pour nous dans le Christ Jésus. Pourquoi ne pas puiser par la prière à même cet héritage qu’il nous offre, ces ressources immenses qu’il met à notre disposition? D’où les demandes que nous lui ferons en suivant le petit modèle que Jésus nous a laissé : Père, que ton Nom soit sanctifié! Que ton règne vienne! Sois béni pour le pain que déjà tu nous donnes en ton Fils! Pardonne-nous autant que nous nous pardonnons les uns aux autres! Donne-nous la main quand surviennent l’épreuve et la tentation! S’il fallait ne retenir qu’un mot, qu’un cri, qu’un silence : que ce soit Père, notre Père.

D’où l’on voit que la prière c’est toute la vie, la vie du Christ lui-même et la nôtre, toutes ensemble, une vie filiale, sainte et protégée, abandonnée dans les bras d’un Père merveilleux. Vie qui se repose et se dépose dans l’être le plus aimant qui soit; vie tournée vers les autres, nos frères et nos sœurs, en Celui qui le premier, nous a aimés.

2 réflexions au sujet de « Homélie pour le 17e Dimanche T.O. (C) »

  1. Karine

    La prière est l’état qui m’ancre en Dieu. Loin d’être une perte de temps, c’est souvent le lieu où tous mes compteurs sont remis à « zéro », me permettant d’être plus présente au reste. Difficile? Fatiguant? Hmmm… Dommage! Prier, ce n’est pourtant pas un travail; c’est un répit.

    Répondre
  2. Béatrice Kaboré

    Merci pour ce merveilleux message plein de richesse pour les âmes en quête de Foi. Merci pour les pistes qui nius dont offertes pour nous disposer à prier comme le père nous l’enseigne par son fils.
    Merci de nous apprendre comment ôter l’ivraie de nos coeurs afin qu’ils demeurent une terre où prospèrent la Foi l Espérance et la Charité.
    Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois