Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour l’Ascension du Seigneur

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Ne me quitte pas

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 17, 20-26)

En ce temps-là,
les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :
« Père saint,
    je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là,
mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi.
    Que tous soient un,
comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi.
Qu’ils soient un en nous, eux aussi,
pour que le monde croie que tu m’as envoyé.
    Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée,
pour qu’ils soient un comme nous sommes UN :
    moi en eux, et toi en moi.
Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un,
afin que le monde sache que tu m’as envoyé,
et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.
    Père,
ceux que tu m’as donnés,
je veux que là où je suis,
ils soient eux aussi avec moi,
et qu’ils contemplent ma gloire,
celle que tu m’as donnée
parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.
    Père juste,
le monde ne t’a pas connu,
mais moi je t’ai connu,
et ceux-ci ont reconnu
que tu m’as envoyé.
    Je leur ai fait connaître ton nom,
et je le ferai connaître,
pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux,
et que moi aussi, je sois en eux. »

Commentaire

Le mystère de l’Ascension du Seigneur a de quoi nous émouvoir quand il nous revient comme une fête chaque année. Il éveille, bien sûr, un sentiment de joie à la pensée que Jésus est glorifié, qu’il est maintenant élevé à la droite du Père. Mais nous sommes tristes aussi de considérer qu’il n’est plus là comme avant, comme lorsqu’il était au milieu des premiers disciples.

Le Seigneur, lui, n’a pas voulu que nous pleurions son départ. S’il est monté vers le Père, c’est qu’il est allé nous y préparer une place. Il a promis qu’il reviendrait nous prendre pour nous conduire en cette demeure, et qu’en attendant, il nous enverrait l’Esprit Saint, le Consolateur,pour nous réconforter, nous accompagner, nous conseiller. L’Esprit nous fait saisir le sens et l’importance de ce que le Christ a fait pour nous, pour que nous puissions en vivre et en parler.

Car Jésus, en nous quittant, ne nous laisse pas attendre passivement son retour. Il insiste sur le témoignage que nous devons lui rendre dans le monde. Il a fait des premiers disciples les témoins de cette bonne nouvelle retransmise jusqu’à nous et qui a une si grande conséquence pour l’avenir du monde : nous sommes aimés de Dieu, dans le Christ nos péchés sont pardonnés, « C’est avec pleine assurance que nous pouvons entrer au sanctuaire du Ciel grâce au sang de Jésus », dit la lettre aux Hébreux.   

Le mystère de la mort et de la résurrection du Christ a de quoi remplir d’espérance et de paix les hommes et les femmes du monde entier. Ce message précieux nous est confié. Il est urgent de proclamer cette bonne nouvelle qui concerne tout le monde.

J’aime bien me représenter la mission qui est la nôtre sur le mode de l’amitié.  Nous avons tous un ou des amis; quelqu’un avec qui nous avons des affinités particulières; quelqu’un que nous avons plaisir à rencontrer. Avec qui nous avons vécu de belles choses dans le passé. Il y avait alors entre nous une belle complicité, une communion de pensée, de goût, de projet. Nous lui devons beaucoup. Supposons que cette personne doive partir en voyage, s’éloigner de nous. Une grande distance physique peut alors nous séparer, mais il reste en moi des traces de cet ami. J’y pense souvent. Chaque fois que je fais quelque chose, je me dis que, si mon ami était là, il dirait ceci, il ferait cela. Je me guide sur ce qu’il me dirait. Il est présent en moi. C’est heureux cette bonne influence qu’il a ainsi sur moi!  J’y trouve une source de joie, de réconfort, de lumière sur ma route.

C’est comme cela avec le Christ monté au Ciel. Il est parti vers le Père, mais il demeure dans nos cœurs. Son Esprit est en nous, qui nous rappelle ses paroles, son désir, son amour. Cet Esprit nous console de son absence. Il nous garde en fidèle amitié avec Jésus, dans la joie. Il nous rappelle ses paroles et donne le goût de parler de lui aux autres. Comme on parle avec plaisir d’un grand ami absent. L’Esprit fait ainsi notre bonheur et nous donne de témoigner du Christ et d’accomplir la mission  qu’il nous a confiée à tous et à chacun en Église.

L’Ascension du Seigneur est donc pour nous l’occasion d’un rappel de sa présence intime et amicale à nos vies, rappel de cette mission qu’il nous a confiée, qui nous engage d’abord chacun et chacune à vivre dans la grande espérance qu’il nous donne et qui est déjà en nos vies charitéet paix. Le Seigneur lui-même revit ainsi en nous chaque jour son propre mystère d’amour, son Esprit Saint produisant les effets de Pâques dans nos vies personnelles et communautaires pour le salut de tous. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois