Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Marcel Dumont, o.p.
Le rosaire dans la ville

Avec Marie, prendre soin de Jésus

Imprimer Par Francine Paquin

 

Dans la grâce de Noël

Prendre soin de Jésus avec les bras de Marie et le Coeur du Père. Prendre soin de Jésus, sachant ce que le ciel ne peut contenir veut habiter en moi son enfant, son frère, sa sœur, sa mère, son père. Le Fils de Dieu veut habiter mon âme, mon âme plus précieuse que tout berceau orné de rubis, plus précieuse que toute couche satinée d’or, que tout royaume étincelant sous les feux des richesses de ce monde.

Prendre soin de Jésus dans la contemplation de sa beauté cachée au cœur de ma fragilité, de son humilité au cœur de mes suffisances, de sa toute-puissance livrée à ma liberté de l’aimer ou de le refuser.

Prendre soin de Jésus en me laissant chérir au feu de sa tendresse, en le laissant me prendre par la main, ma main dans la sienne, mes pas épousant ses pas et mon cœur reposant sur son Coeur, faisant mien chacun des battements qui soulève sa poitrine où j’entends sa Vie ne faire plus qu’une avec la mienne.

Prendre soin de Jésus en pardonnant à ceux qui m’offensent, en accueillant ceux qui souffrent, en souriant au visage sans sourire, en aimant celui qui n’aime plus, en ouvrant mon cœur et mes bras à celui qui a refermé son cœur et ses bras, en donnant ma vie à ceux dont la vie se meurt de ne pas aimer ou d’être mal aimé. Prendre soin de Jésus lorsque, dans la tendresse de mon regard, le plus petit devient le plus grand, le plus misérable devient le plus beau, le plus triste devient le plus joyeux.

Prendre soin de Jésus lorsque la Vierge Marie, ouvrant ses bras maternels, me remets, confiante, son Petit. Prendre soin de Jésus lorsque les yeux émerveillés de Marie, transparents de la beauté de Dieu, me confient son Enfant-Dieu. Prendre soin de Jésus lorsque le Coeur immaculé de Marie, du baiser créateur de l’Esprit, enlace d’une seule et même étreinte le Fils de Dieu, Fils de Marie et l’enfant de Dieu, l’enfant de Marie que je suis.

Dans le Coeur de Marie, dans l’intimité de son amour, prendre soin de Jésus, mon Seigneur et mon Dieu, comme Marie prend soin de moi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois