Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour la fête de l’Ascension (B)

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Tournés vers le monde en son Nom

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 16,15-20. 
En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création.
Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné.
Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ;
ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »
Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu.
Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

 

COMMENTAIRE

Il y a des moments dans la vie où nous aimerions partir nous aussi. Nous évader de situations troublantes, fatigantes. Les contrariétés. La pauvreté. Nous voudrions fuir tout ça. L’évangile de Marc aujourd’hui nous ramène à la tâche. Il raconte, en même temps, et le départ de Jésus et la mission qu’il confie aux apôtres. Sans cérémonie, Jésus presse les siens d’aller vers le monde. Il y a urgence. Quelques consignes, quelques repères, et puis « Allez! ». Lui, il les quitte. Mais la tâche confiée aux disciples lui importe tellement qu’il revient travailler avec eux. Notre attention finalement se fixe davantage sur ceux qui restent que sur celui qui s’en va. Eux, ils sont à pied d’œuvre. Porter à tous la Bonne Nouvelle! Or cette Bonne Nouvelle, c’est lui, le Christ, notre Sauveur,

Saint Luc, au Livre des Actes, dit la même chose mais autrement. Pour lui, le ministère de Jésus en Galilée après son baptême, sa passion, sa mort et sa résurrection, sont les évènements fondateurs pour la foi dont les disciples doivent maintenant parler. Les 40 jours après Pâques ont permis aux disciples d’être initiés par le Ressuscité lui-même au mystère du Royaume de Dieu. Lui, le Vivant, il les a préparés pour la suite, leur promettant la venue prochaine de l’Esprit. « C’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés, leur disait-il. Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

Le jour de la Pentecôte, quand l’Esprit se posera sur les disciples, ce sera pour une poussée missionnaire formidable. Voilà que le Seigneur travaillera avec eux. Il prendra même les devants. Faisant signe aux croyants, il leur donnera de produire du fruit, de bâtir ensemble le Royaume.

L’œuvre des disciples, Saint Paul nous en parle dans sa lettre aux Éphésiens, en 1ère lecture. Paul est un converti, témoin privilégié lui aussi du ressuscité. Dans ses tournées missionnaires, il a initié des communautés chrétiennes avec lesquelles il garde contact. Dans sa lettre, l’apôtre s’émerveille de ce qu’il observe chez ces chrétiens de la première génération; et il les exhorte à continuer de mener une vie sainte dans l’humilité, la douceur, la  patience, le support mutuel, la paix.

Les disciples du Christ ne peuvent pas vivre dans un état de dispersion et de division. Ils sont une communion. Qu’ils demeurent donc unis les uns aux autres pour un puissant témoignage d’amour et de fraternité. Ils sont l’Église de Dieu, le peuple de Dieu, les témoins du Christ, faisant corps avec lui, formant mystiquement son Corps au cœur du monde, en lien organique et vital avec le Christ tête, déjà en gloire. C’est là notre portrait à nous. C’est ce que nous devons être ensemble aujourd’hui au cœur de notre monde.

L’Ascension du Seigneur marque donc un tournant dans l’histoire du Salut, et dans notre vie personnelle. Il ne faut pas être nostalgique, les yeux fixés sur l’au-delà dans une attente passive du retour du Seigneur. Non, désormais nous sommes dans le temps de l’Église, le temps de l’engagement et du service.

Le Seigneur nous demande d’œuvrer en son Nom, d’évangéliser toute créature. Pour cette tâche, il ne nous laisse pas seuls. Son Esprit nous garde en communion avec lui. Participant à la gloire du Fils, sanctifiés dans les eaux du baptême, nous pouvons produire les signes et les fruits du Royaume : justice, charité, liberté, paix, joie, vie nouvelle. Le Royaume advient par nos mains, par nos soins, avec lui. C’est ici et maintenant que ça se passe. Le Seigneur compte sur nous, il travaille avec nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois