Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Marcel Dumont, o.p.
Le rosaire dans la ville

Mystère glorieux : La Pentecôte

Imprimer Par Marcel Dumont, o.p.

«Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint…» (Act 2, 2-4).

La venue de l’Esprit Saint en ce monde! “Il a envoyé d’auprès de toi (Père), comme premier don fait aux croyants, l’Esprit qui poursuit son œuvre dans le monde et achève toute sanctification”, prions-nous à la IVème prière eucharistique. Comme premier don disons-nous? Pourtant, ce même Esprit, n’était-il pas là à la création du monde « lorsqu’Il planait sur les eaux »; n’était-il pas là de « son ombre » lorsqu’Il a accompagné le peuple Hébreux dans le désert; n’était-Il pas là lorsqu’Il « parla par les prophètes »; n’était-Il pas là lorsqu’Il recouvrit Marie au moment de l’Incarnation? Comment Seigneur Jésus peux-tu donc envoyer l’Esprit comme premier don? En fait, l’Esprit fut toujours là, bien présent dans tous les événements de la première création, mais Il redevint premier don et présent sous une onction nouvelle lors de la deuxième création, au moment de la rédemption : envoyé par la Père, plongeant dans le monde par le cœur de Jésus en Croix, Il s’élance comme ondée céleste sur l’Église, l’Épouse de l’Agneau, afin d’achever toute sanctification.

D’où viens-tu, ô souffle de l’Esprit, n’es-tu pas « le murmure d’une brise légère » dont nous révèle le Livre des Rois? Tout discret, patient et plein d’ardeur tu veilles à la porte du cœur de l’homme, pour y déverser à torrent, dès qu’il en manifeste la moindre soif, la rosée céleste imprégnée de la tendresse du Père et de la grâce du Fils. Tu nous parles des Deux amours éternels sans jamais te lasser, sans jamais t’épuiser, tout comme s’Ils t’habitaient, tout comme s’Ils étaient ton Tout! Comment te refuser, comment ne pas vouloir ta présence à nos côtés, tout en dedans de nous, tout à l’intimité de notre chambre nuptiale. C’est Toi qui prépare la venue de l’Époux, c’est Toi qui dispose notre espace intérieur pour recevoir l’Alliance promise par le Père, à nos pères dans la foi, et qui nous est enfin révélée par le « Verbe fait chair ». Ton plus grand désir, c’est que le Père et le Fils nous habitent et, qu’ainsi, notre être soit transfiguré de leur présence, que nous devenions avec Toi et par Toi temple de la vie divine.

Au moment de la Pentecôte tu étais comme suspendu aux lèvres du Père et du Fils. À leur commun amour, tu t’élances comme don divin sur l’Église naissante, sur Marie! Par l’intercession maternelle de ton intime, de la Mère du Fils, Tu continues par la force de la résurrection de créer, de recréer. Tout est don, tout vient de Toi. Le don de ta présence en Marie, fécondité en maternité divine au moment de la deuxième création, devient fécondité universelle dans le sein de l’Église mère. Et le feu de ta présence en la prédication des apôtres éveille déjà toute chair humaine à l’amour d’éternité qui les appelle : désormais, tout vivant est né de Dieu et est en Dieu. Ta présence, ô Esprit d’amour, souffle dans les voiles de l’Église et cette brise n’aura pas de fin : en ce monde, elle sanctifiera tous les élus et, dans le Royaume, elle embrasera l’âme de la tendresse du Père pour l’éternité!

Vierge Marie, toi, l’Épouse de l’Esprit, toi qui ne fais qu’un avec Lui dans votre mission de fécondité, intercède pour nous afin que nous recevions le désir d’une profonde docilité à son souffle de vie. Lui, le don divin, le don premier, Lui, qui peut être premier en tout parce qu’Il est l’Amour du Père et du Fils. Toi Marie, qui par ta mission avec Lui devient la première des sauvés, prie pour que nous devenions, grâce à Lui, les tout premiers avec Jésus dans le cœur du Père!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois