Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Marcel Dumont, o.p.
Le rosaire dans la ville

Mystère glorieux : L’Assomption de la Vierge Marie

Imprimer Par Marcel Dumont, o.p.

 

« Nous définissons comme un dogme divinement révélé que l’immaculée Mère de Dieu, Marie Vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été ‘assumée’ en corps et âme à la gloire céleste. » (Munificestissimus Deus – Pie XII – 1er novembre 1950).

Rien dans la bible ne nous parle directement ou non de l’assomption de Marie. Cependant, très tôt dans la tradition orale de l’Église, les chrétiens eurent foi en une mystérieuse élévation de la Mère de Jésus au Ciel. Le sens de l’Immaculée conception, par le sensus fidei des croyants, don de l’Esprit – bien que proclamée officiellement qu’en 1854 – laissait déjà entendre dans le cœur des croyants que la Mère de Dieu ne pouvait avoir vécu la corruption du tombeau.

En ton « Assomption », dis-nous Marie, doit-on parler d’assomption ou de dormition? Tout plein de questions nous envahissent en ce nouveau mystère : As-tu vécu la mort, la mort de ton corps humain, comme nous nous la vivons, ou t’es-tu simplement endormie dans le silence de la grâce, de toutes les grâces insignes qui te furent faites pour ta mission? Nous sommes encore sans réponse et tu sembles avoir jugé bon, avec l’Esprit, de nous laisser dans ces énigmes.

En fait, à bien y méditer, il n’est peut-être pas nécessaire d’avoir de réponse à ces questions. Car l’important n’est pas de savoir si tu as vécu la mort ou si les anges t’ont élevée au Ciel, comme nous voyons souvent sur des images, mais de comprendre que tu es au Ciel avec ton Fils, dans la félicité de la Trinité même. Voilà ce que la déclaration de foi par l’Église en 1950 a voulu nous donner de saisir pour notre plus grande joie d’enfant.

Mais pourquoi au juste es-tu allée rejoindre ton Fils dans les Cieux? Parce que tu le méritais mieux que personne…, peut-être pas en ce sens! Parce qu’il y avait une raison maternelle à ce fait, ça semble plus éclairant regardant ta mission? Et de fait, en y regardant bien, il nous est fort aisé de comprendre que tu es au Ciel avec Jésus tout simplement parce que tu es Sa Mère, et la Mère de Dieu!

Mais nous pouvons comprendre aussi, en tant que tes enfants, que ce privilège de ton Assomption ne s’arrête pas là. Tu es notre Mère à tous, et tu continues d’être notre mère au Ciel. Ta mission ne s’est pas arrêtée sur la terre, mais elle se poursuit dans l’espace et le temps : Marie, dite Toujours Vierge et l’Immaculée Mère de Dieu ne cesse dans la Gloire du ciel d’enfanter de nouveaux élus!

Tels sont là, ô Mère les deux rôles que nous comprenons sur le privilège de ton Assomption : ta vocation-mission d’être Mère de Dieu et Mère de l’Église enivre tout ton être des joies du ciel, celles de l’Esprit dans l’œuvre de conception et du don de la vie. Nul besoin de mourir, nul besoin de dormir, l’Esprit te porte sur ses ailes, celles de l’intercession maternelle en Divine maternité d’amour avec LUI!

Que la prière du Saint Rosaire, ô notre Mère, nous élève avec toi dans la patrie céleste. Que la récitation des Aves en ta compagnie et celle de l’Esprit produise déjà en nous les fruits du Royaume, ceux dont le Père céleste, en sa Sagesse, a voulu depuis toute éternité gratifier ses enfants par la vie divine en son Fils. N’es-tu pas revêtue de la Maternité divine! Que cette grâce rédemptrice nous élève tous en ta compagnie et celle de la Trinité!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois