Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Marcel Dumont, o.p.
Le rosaire dans la ville

Le baptême de Jésus dans le Jourdain

Imprimer Par Marcel Dumont, o.p.

«Dès que Jésus fut baptisé, il remonta de l’eau, et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et des cieux, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie. » (Mt 3, 16-17) Seigneur Jésus, quel moment de Gloire que celui de ton baptême, quel moment de Lumière! Dans l’obéissance au Père tu descends dans les eaux du Jourdain pour y être revêtu de ta mission. Tu ne crains pas l’obéissance dans la descente en ces eaux, bien que les ténèbres qui y séjournent aillent un jour faire trembler toute ta chair. Qu’importe, l’amour de ta mission l’emporte, tu descends en ces profondeurs afin d’y recevoir le baptême par Jean. Ce baptême de conversion n’est cependant pas le tien bien que tu le fasses tien comme s’il appartenait à ta propre chair; car, tel est donc là ta mission, celle d’épouser, et d’épouser en profondeur les détresses de ceux dont le péché a enchaîné… les ténèbres ne te font pas peur, bien que…!

Pour ce faire, pour ce moment de Gloire, pour cet instant d’éternité où le Père se fait personnellement présent : les Cieux s’ouvrent et Il est là… Abba père! ‘Mon Père, qu’as-tu à jaillir des Cieux en cet instant où ton Esprit me guide en ma mission de rédempteur?’ « Mon Fils, j’ai besoin d’être là à tes côtés afin de te communiquer le souffle dont tu as besoin, oui, reçois mon Esprit de sainteté dont tu auras tant besoin lorsque tu ne me verras plus; lorsque tu ne me sentiras plus; lorsque les ténèbres de ces eaux étreindront ton corps… » ‘Comme ta lumière est belle Père et comme ta voix est douce à mon cœur… il me semble qu’il y a si longtemps, et pourtant tu es toujours là, si présent.’ « Va mon Fils, va, tes frères et tes sœurs t’attendent au-delà du Jourdain, au-delà de tous les fleuves du monde qui entrainent les ténèbres tout au fond de la mer. Embrasse ces eaux qui deviendront par ton propre baptême source en vie jaillissante pour l’éternité. »

‘Alors Père, mon Père, dis-moi, si parfois j’ai peur, que vais-je faire?’ « Tu n’as qu’à te réfugier en ma Voix, celle qui t’étreint en ce moment de Gloire, ma Gloire qui ne t’abandonnera en aucun instant, celle qui habite l’Esprit! Réfugie-toi au cœur des mots qui sont les miens et qui façonnent ton cœur : « Celui-ci est mon fils bien-aimé en qui je trouve ma joie ». ‘Oui Père, je l’entends bien, je le saisis tout au fond de moi, je suis ta joie parce que toi et moi ne font qu’Un dans ce rêve pour l’humanité, rêve qui repose en ce moment en ces eaux du Jourdain. Mon seul désir est de faire ta volonté!’

« Va mon fils, et maintenant, marche auprès de tous les cœurs vers qui je t’enverrai et ne crains rien, je serai toujours là par mon Esprit, il témoignera pour moi auprès de toi; et il te redira toutes les paroles que tu as apprises quand tu étais auprès de moi… va, va, ne crains pas! Le baptême de Jean est pour toi en ce jour le signe de mon amour pour toi, tu reçois toute ma confiance et la Gloire qui nous étreignent dans les Cieux. Que la Vierge immaculée, celle que j’ai choisie pour toi comme Mère, t’accompagne avec la même délicatesse qu’est la touche de l’Esprit pour ton âme. Va mon Fils, va, rien ne te manquera! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois