Nous deux,

Responsable de la chronique : Caroline Pinet
Nous deux

De la fusion à l’effusion

Imprimer Par Caroline Pinet

LES AMOUREUX (C.B.GUERRY)

Au début du mariage, il est normal d’être plus fusionnel. Quand on est amoureux, le regard  est en circuit interne. On se regarde l’un et l’autre. J’entends encore ma belle-mère qui a dû nous trouver bien pénibles au début de nos fréquentations. Elle nous disait, en citant Saint-Exupéry : « L’amour, ce n’est pas  se regarder l’un l’autre,  c’est regarder dans la même direction. »

Oui, elle avait raison ! Cependant, chaque chose en son temps. Au début, les amoureux, on le sait, sont seuls au monde ! Ils construisent un univers ensemble, et cet univers se doit d’être splendide pour avoir envie de s’y engager au point de fonder une famille avec l’autre.

Les années passant, la vie se charge de mettre en pratique les sages conseils de Saint-Exupéry. Car la fusion, qui est ni plus ni moins « fondre », peut s’avérer malsaine dans la pérennité. Un couple se doit d’être deux personnes à part entière. Or, si l’on se fond l’un dans l’autre, se sera au détriment de l’un des deux membres. Ou les deux ne seront pas totalement entier et perdront en richesse à partager.

Quand le couple se met à regarder dans la même direction, il donne une direction à sa vie conjugale. Il entre dans l’effusion qui est une « manifestation sincère et vive d’un sentiment. C’est le fait de  donner à ce sentiment  libre cours, élan. » Cet élan doit être porteur de vie, de mouvement ensemble vers une direction. Le couple, bien que nous sommes appelés à ne former qu’une seule chair, est et doit demeurer l’épanouissement de deux personnes pleines et entières.

Le véritable amour est celui que nous décrit Saint Paul dans sa lettre aux Corinthiens (12 : 1-8). Pour regarder dans la même direction, la lecture de ce texte est lumineuse : « L’amour est patient, il est plein de bonté; l’amour n’est pas envieux; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité; il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L’amour ne meurt jamais. »

Caroline Pinet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois