Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Marcel Dumont, o.p.
Le rosaire dans la ville

 » Oh ! je voudrais chanter Marie pourquoi je t’aime… « 

Imprimer Par Marcel Dumont, o.p.

sainte-thereseUne grande-petite sainte de notre ère, l’Ère de la Miséricorde, écrivait, dans sa poésie mystique sur la Vierge Marie, des vérités théologico-spirituelles dès plus profondes, des vérités qui nous appellent à pénétrer au plus intime la prière du Rosaire : « Oh ! je voudrais chanter, Marie, pourquoi je t’aime / Pourquoi ton nom si doux fait tressaillir mon cœur / Et pourquoi la pensée de ta grandeur suprême / Ne saurait à mon âme inspirer de frayeur / Il faut pour qu’un enfant puisse chérir sa mère / Qu’elle pleure avec lui, partage ses douleurs / Oh ma mère chérie sur la rive Étrangère / Pour m’attirer à toi, que tu versas de pleurs / Oh ! je voudrais chanter Marie pourquoi je t’aime… »

Tel est là le cœur de la prière du Saint Rosaire, prière millénaire qui nous fait pénétrer dans les entrailles de Dieu par les entrailles de la mère des Mères. Saintes Thérèse de l’Enfant-Jésus est l’un des fleurons de cette Mère du Ciel! Cette petite sainte, dirions-nous, celle qui ouvre le mois d’octobre de sa mémoire, célébrée, au calendrier des saints, a su communier aux entrailles de notre Mère à tous, et nous a communiquée, et nous communique toujours par sa profonde spiritualité, que nous qualifions à juste titre d’enfance spirituelle, une tendre lumière divine qui ne peut que provenir que des entrailles maternelles de Dieu sous le regard maternelle de Marie.

Pendant le mois du Rosaire qui nous est proposé – un mois qui nous appartient de droit spirituel, pourrions-nous dire, puisque nous sommes tous les enfants de cette  Mère chérie – unissons-nous aux saints, à nos frères et à nos sœurs, qui reçurent l’appel des profondeurs et nous communiquèrent des vérités qui ne cessent de nous pénétrer par la méditation des Ave. Il y a là, dans la prière du Rosaire un appel unique et spécifique à descendre dans l’intimité qui est réservée aux tout-petits et à l’enfance spirituelle. Unissons nos voix et laissons notre cœur d’enfant chanter : « Oh ! je voudrais chanter, Marie, pourquoi je t’aime / Pourquoi ton nom si doux fait tressaillir mon cœur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois