Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique : Denis Gagnon, o.p.
Billet hebdomadaire

Une école de vie

Imprimer Par Denis Gagnon, o.p.

stazione_05

Le 20 septembre 2015

Chacun de nous a son lot de difficultés, sa valise de problèmes. C’est un enfant malade dont on ne connaît pas la cause de sa maladie. C’est un conjoint avec qui on ne s’ajuste pas très bien. C’est un cinquantenaire qui ne trouve pas de travail et qui se sent mal par rapport aux autres qui peuvent  travailler. C’est un adolescent qui nous inquiète avec ses allures de gangster. C’est celui qui souffre de ses complexes, qui a de la difficulté à vivre avec ses limites, qui arrive difficilement à s’aimer lui-même. C’est celui qui est déchiré par une haine profonde. C’est le coût de la vie qui nous étouffe. C’est la violence qui fait de plus en plus de victimes. C’est un pays qui se bâtit de plus en plus péniblement. C’est l’Église ballotée par la tempête. Voilà quelques problèmes parmi une liste qui s’étirerait à l’infini.

Les nuages s’amoncellent au firmament de nos vies. Parfois, les problèmes nous dépassent tellement que nous cédons à la panique. Nous avons peur. Nous avons l’impression d’être perdus en forêt, en pleine nuit, bousculés par des vents froids.

Il nous arrive de rêver à une maison où la sérénité nous accueillerait à bras ouverts, un abri chaud, un refuge calme et paisible. Nous cherchons une sécurité. Nous voulons l’harmonie. Nous désirons un foyer que nous partagerions avec les autres, dans l’intimité et la transparence que procure le bonheur.

À tous ceux et celles en quête d’une telle maison, Jésus propose la demeure de Dieu. Il n’offre pas une fabrique de solutions, ni un château immunisé contre les difficultés incontournables de la vie.

Dans la proposition de Jésus, les erreurs, les échecs, les duretés de l’existence continuent de nous habiter. En deux mil ans de christianisme, l’Église tout comme l’ensemble des habitants de la planète fait face à des obstacles souvent difficilement surmontables.

Le Christ a connu lui aussi la souffrance. Au milieu de nous, il n’a pas vécu une vie à l’eau de rose. Il a été persécuté. Il est mort. Et il est mort d’une affreuse mort. En décrivant le chemin vers le royaume comme une voie étroite, un sentier resserré, il était bien conscient du réalisme de ses paroles.

Le témoignage de la vie du Christ, notamment sa passion et sa mort, est pour nous une invitation à assumer nos difficultés et nos problèmes et à les vivre comme un don aux autres. Un acte pour les autres. Il ne s’agit pas de rechercher les malheurs et de nous inventer des épreuves. Il s’agit plutôt d’assumer notre vie, de soupeser la valeur de nos bons jours comme de nos moins bons et de les tourner vers les autres. Nous pouvons accepter les limites non comme des chaînes mais comme un appel au dépassement. Bref, d’apprendre le sens de la vie en donnant un sens à la souffrance et aux épreuves de notre existence. Les difficultés et les problèmes peuvent devenir une école de vie pour nous-mêmes d’abord, puis de nous-mêmes pour les autres.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois