Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique : Denis Gagnon, o.p.
Billet hebdomadaire

Toute toute toute

Imprimer Par Denis Gagnon, o.p.

Le 7 juin 2015

J’la veux toute toute toute
La vivre ma vie
Je ne veux pas m’emprisonner
J’la veux toute toute toute
Pas juste des p’tits bouttes!

Elle avait bien raison, la regrettée Angèle Arsenault, de vouloir vivre toute sa vie, pas juste des p’tits bouttes. D’ailleurs, elle n’était pas la seule à avoir cette faim de vivre.

Tous, qui que nous soyons, nous voulons vivre notre vie, la vivre pleinement. Et nous faisons tout ce qui est possible de faire pour améliorer la qualité de notre existence. Nous nous entourons de belles choses : des œuvres d’art, de l’artisanat, des plantes…  Nous guettons les ventes de meubles pour nous offrir un meilleur confort. Nous tenons à nos souvenirs de famille. Nous faisons un petit jardin parce que c’est toujours bon ce que nous cultivons nous-mêmes. Nous tenons à avoir de bonnes relations, vivre en harmonie avec les autres. Chaque fois que le bonheur frappe à notre porte, nous voulons qu’il s’installe à demeure.

Jésus, lui aussi, il la veut toute toute la vivre sa vie.

Ouvrez l’Évangile. C’est rempli d’indices qui révèlent comment Jésus veut vivre sa vie. Il aime la nature. Il embrasse les enfants. Il fête aux noces. Il aime manger : il passe même pour un glouton! Il aime surtout ceux qui ne peuvent pas cacher leur vie derrière de fausses richesses, ceux qui sont assez démunis pour connaître le prix de leur respiration.

Jésus est un passionné de la vie. La vie le fait vibrer dans sa chair et dans son sang. À cause de cette passion pour la vie, il acceptera de traverser la mort pour connaître la vie en plénitude. Il ira même jusqu’à offrir sa propre chair à manger pour que les humains puissent faire l’expérience d’une vie aussi passionnante. «Moi, je suis le pain vivant : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair pour la vie du monde.» (Jean 6)

Quand nous partageons le Corps vivant du Christ, nous ne sommes pas toujours enthousiastes comme le Seigneur. Sa passion pour la vie demeure souvent prisonnière de nos habitudes, de nos indifférences, peut-être même de notre dédain. Nous en prenons juste des p’tits bouttes.

À deux nuages de l’été, saurons-nous nous ensoleiller le cœur pour la vivre toute toute notre vie.

 

Une réflexion au sujet de « Toute toute toute »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois