Méditation chrétienne,

Responsable de la chronique : Nicolas Burle, o.p.
Méditation chrétienne

La vérité est toujours liée à l’amour, et l’amour est exigeant.

Imprimer Par Jerzy Popieluszko

POPIEUSZKOAuteur :  (14 septembre 1947 – 19 octobre 1984) Jerzy Popieluszko est un prêtre catholique polonais assassiné par le pouvoir communiste en raison de son action aux côtés du syndicat libre Solidarnosc.

Ses “messes pour la patrie” tous les premiers lundis du mois dans sa paroisse Saint-Stanislas-Kotska à Varsovie attiraient plusieurs milliers personnes venues écouter ses homélies où il dénonçait les violences policières et les injustices.

Il a été béatifié le 6 juin 2010 à Varsovie en présence de 150 000 fidèles et est fêté le 19 octobre.

_______________________

La vérité est toujours liée à l’amour et l’amour est exigeant, l’amour véritable requiert des sacrifices, aussi la vérité, elle aussi, doit-elle coûter. La vérité qui ne coûte rien est un mensonge.

Vivre dans la vérité, c’est être en accord avec sa conscience. La vérité unit et relie les gens. La grandeur de la vérité effraie et démasque les mensonges des médiocres et des peureux. La lutte ininterrompue pour la vérité dure depuis des siècles. La vérité est pourtant immortelle et le mensonge périt d’une mort rapide.

Écoutons le cardinal Wyszynski : « il suffit de peu de gens parlant en vérité ». Christ en a choisi un petit nombre pour proclamer sa vérité. Seuls les mots mensongers doivent être nombreux car le mot mensonge est détaillé et se monnaie : il se débite comme la marchandise sur les rayons, il doit être constamment renouvelé, il doit avoir de multiples serviteurs, qui selon un programme, l’apprendront pour aujourd’hui, pour demain, pour un mois. Pour maîtriser la technique du mensonge ainsi programmé, il faut des hommes en quantité. Il suffit de quelques-uns pour proclamer la vérité. Il suffit d’un petit groupe de gens qui luttent pour la vérité pour rayonner.

La condition essentielle de la libération de l’homme, pour lui permettre de vivre en vérité, est d’acquérir la vertu du courage. La lutte pour la vérité est le symbole du courage chrétien. Car la seule chose dont il convient d’avoir peur dans la vie est la trahison du Christ pour quelques deniers de calme éphémère. Ce n’est pas facile aujourd’hui, lorsque, d’office, durant les dernières décennies, sur le sol natal, on a semé les graines du mensonge et de l’athéisme, on a semé les graines du laïcisme. Cette vue du monde est un produit caricatural du capitalisme et de la franc-maçonnerie du XIXème siècle. On les a semées dans un pays, qui depuis plus de mille ans, est solidement ancré dans le christianisme.

On ne peut tromper la vie, tout comme on ne peut tromper la terre. Malheur à la société dont les citoyens ne sont pas guidés par le courage ! Ils cessent alors d’être des citoyens, pour devenir de simples esclaves. Si le citoyen renonce à la vertu du courage, il devient esclave et se cause le plus grand des torts, à lui-même, à sa personne, mais aussi à sa famille, à son groupe professionnel, à la nation, à l’État et à l’Église, même si la peur et la crainte lui font facilement obtenir du pain et des avantages.

Prenons conscience que la nation dépérit lorsqu’elle manque de courage, lorsqu’elle se ment à elle-même en disant que tout va bien, quand tout va mal, lorsqu’elle se contente de demi-vérités. Soyons conscients qu’en exigeant la vérité, nous devons nous-mêmes vivre en vérité. Que cette conscience nous accompagne chaque jour. En exigeant la justice, soyons justes envers nos proches. En exigeant le courage, soyons chaque jour courageux.

Homélie (mai 1984)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Méditation chrétienne

Les autres chroniques du mois