Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Simon Lessard
Le rosaire dans la ville

L’Église de l’Esprit ! La Pentecôte

Imprimer Par Michaël Poirier-Martin

À l’exemple de Marie qui retenait tous les événements de la vie de son fils et les méditait en son cœur, nous vous proposons chaque mois une méditation d’un mystère de la vie du Christ pour mieux prier le Rosaire. Car comme le rappelait Paul VI : « Sans la contemplation, le Rosaire est un corps sans âme ». Nous espérons ainsi vous donner le goût de vous arrêter et de poser un regard amoureux sur Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie.

Les douze apôtres étaient là. Même ceux qui étaient habituellement en retard étaient arrivés à l’avance pour le rendez-vous. Les bavards ne parlaient pas, les timides encore moins. Pas de bruit. Le Seigneur avait dit d’attendre ce que le Père avait promis, il avait dit qu’ils seraient baptisés dans l’Esprit Saint. Mais comment cela allait-il arriver? Fallait-il dire une prière spéciale? Ils se disaient: « Nous ne savons pas prier comme il faut…»

Soudain, le ciel éclate bruyamment comme s’il se déchirait, et un violent coup de vent ouvre la porte de la maison des apôtres. Des cris inexprimables se font entendre et des langues de feu se déposent sur les Douze. Les habitants de Jérusalem courent vers le bruit. Ils essaient de savoir ce qui se passe, mais ils n’arrivent pas à se comprendre, car ils viennent de toutes les nations. Alors, les apôtres sortent de la maison, montent sur de grosses pierres et se mettent à parler avec autorité. La foule se tait, estomaquée: ces hommes, des Galiléens, parlent maintenant plusieurs langues!

Pierre élève ensuite la voix. « Hommes d’Israël, écoutez ces paroles. Jésus le Nazaréen, cet homme que vous avez crucifié, il est ressuscité! Nous en sommes tous témoins! » Plusieurs, le cœur transpercé, disent: « Que devons-nous faire? » Pierre répond: « Repentez-vous, et que chacun se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission des péchés, et vous recevrez alors le don du Saint Esprit. » Accueillant cette parole, trois milles âmes se feront baptiser ce jour-là.

Marie a les yeux pétillants. Tous ces gens rassemblés lui rappellent les foules qui suivaient son Fils et qui écoutaient sa Parole. Le vent a fait lever de vrais témoins. Ce n’est plus les apôtres qui vivent, c’est le Christ qui vit en eux. C’est l’Église qui naît, l’Église de l’Esprit !

Fr. Michaël Poirier-Martin, n.o.p

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois