Nous deux,

Responsable de la chronique : Caroline Pinet
Nous deux

La jalousie

Imprimer Par Caroline Pinet

Contrairement à l’image très hollywoodienne de l’homme fou amoureux qui devient cinglé de jalousie lorsque sa bien-aimée approche un autre homme, la jalousie n’est pas du tout signe d’amour !  La jalousie est plutôt un problème personnel qui a à voir avec le manque de confiance en soi et ne reflète pas le sentiment que l’on ressent pour l’autre. Il reflète la peur de perdre l’être aimé, la peur que l’être aimé puisse préférer quelqu’un d’autre que soi. La jalousie tend à enfermer l’autre, à le couper de relations saines avec les autres à cause de nos peurs. Cela peut être très étouffant à vivre pour l’être aimé !

La jalousie peut se vivre non seulement face aux éventuels prétendants que l’on peut prêter à l’autre mais peut aussi s’exercer au sein de la famille. Celui qui est jaloux veut l’attention quasi exclusive de l’être aimé. Ainsi, même les enfants peuvent devenir les rivaux ! On reproche alors à l’autre de passer trop de temps avec les enfants, de les préférer… Ou, le jaloux peut se sentir rejeté par un enfant qui se sent plus proche (étant donné le jeune âge, les petits « préfèrent » souvent maman) de l’autre parent. Parfois, le jaloux isole l’aimé de ses ami(e)s, afin de mieux posséder l’exclusivité qu’il recherche…

Un remède à la jalousie : cultiver l’estime de soi ! Quand on sait s’aimer, on ne craint pas d’aimer l’autre. Aimer, c’est d’abord accorder sa confiance à celui qu’on aime. Rappelons-nous ces paroles de Saint-Paul sur l’amour (jamais dépassées) :  L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.

Evidemment, ce n’est certainement pas une invitation à l’infidélité comme on le constate dans le courant actuel qui semble vouloir banaliser la chose. L’amour chrétien nécessite la fidélité. Jésus va très loin en affirmant : « Mais moi je vous dis : Quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis adultère avec elle dans son cœur. » L’amour se vit donc sans jalousie, mais avec fidélité. C’est un mouvement à deux qui demande de faire confiance à l’autre et de cultiver un amour pur.

Quel beau défi que l’amour conjugal auquel le Christ nous convie!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois