Spiritualité 2000 met à votre disposition 22 années d’archives, soit près de cinq mille articles. Un grand merci à tous nos artisans qui ont su rendre possible cette aventure ayant rejoint des millions d’internautes.

Parole et vie,

Responsable de la chronique : Dominique Charles, o.p.
Parole et vie

14e Dimanche du temps ordinaire. Année C.

Imprimer Par Dominique Charles, o.p.

Comme des agneaux au milieu des loups

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,1-12.17-20.
Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller.
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.
Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route.
Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison. ‘
S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.
Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu’on vous offrira.
Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : ‘Le règne de Dieu est tout proche de vous. ‘
Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, sortez sur les places et dites :
‘Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous la secouons pour vous la laisser. Pourtant sachez-le : le règne de Dieu est tout proche. ‘
Je vous le déclare : au jour du Jugement, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville.
Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux. Ils racontaient : « Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. »
Jésus leur dit : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair.
Vous, je vous ai donné pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et pouvoir sur toute la puissance de l’Ennemi ; et rien ne pourra vous faire du mal.
Cependant, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. » 

Peuple_en_marche_02

COMMENTAIRE

Jésus envoie 72 disciples en avant de lui. Il les envoie deux par deux dans toutes les villes et villages où lui-même devait aller. Pourquoi ce nombre symbolique de 72 ? Au chapitre 10 de la Genèse, on apprend que c’est le nombre des peuples issus de Noé. L’intention de Luc est ainsi de laisser entendre qu’il y a dans l’envoi des 72 disciples comme une préfiguration de la mission universelle de l’Église qui ne sera effective qu’après la Pentecôte : aucun peuple païen ne doit donc être exclu de l’activité missionnaire des disciples de Jésus. Nous sommes aujourd’hui les disciples de Jésus : nous avons donc à aller partout sans exception pour proclamer son évangile, en avant de lui. Le faisons-nous ? Nous sentons-nous envoyés par Jésus ? Sommes-nous tentés de n’aller que vers ceux que nous connaissons bien ? Comment oser aller vers tous les autres ?

Pourquoi les 72 disciples sont-ils envoyés deux par deux ? Il semble probable que Luc veut souligner que la mission n’est pas une affaire individuelle ou personnelle. C’est l’œuvre communautaire de toute l’Église. Quand je me fais connaître autour de moi comme disciple de Jésus, explicitement ou à travers mon comportement, j’engage plus que moi-même : l’Église est impliquée ! Je suis envoyé ! Je n’agis pas seulement en mon nom propre ! Comme chrétien, je suis toujours envoyé par Jésus. Comme tel, il est souhaitable que je fasse de temps en temps une évaluation de ma façon d’être, là où je vis et travaille, et du témoignage que je donne autour de moi : les 72 disciples, à leur retour, rendirent compte à Jésus de ce qu’ils avaient fait « en son nom » !

« Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ! » Voilà une parole déconcertante : le loup est un animal violent et fort et les agneaux sont très vulnérables face à lui. Les risques sont grands si les agneaux sont seuls en face de loups féroces. Luc compare les nations païennes dans lesquelles les disciples sont envoyés à des loups féroces : il y a probablement ici une trace de la situation de l’Église primitive qui a été confrontée très tôt à diverses persécutions. Mais il faut aussi savoir que les rabbins juifs avaient l’habitude de dire qu’Israël était comme un agneau entouré par 70 loups (les peuples païens) prêts à le dévorer ! Jésus a probablement voulu appliquer cette comparaison à ses propres disciples ! En même temps qu’il leur annonçait les persécutions à venir, il leur recommandait de ne pas faire l’usage de la force et de la violence pour évangéliser, mais d’aller sans argent, sans défense et sans puissance.

Barthélemy de Las Casas, dominicain du 16e siècle, fut missionnaire au Nicaragua et au Guatemala et il défendit le droit des Indiens à la cour du roi d’Espagne. Il compare la conduite que doivent avoir les agneaux au milieu des loups à celle « que le Fils de Dieu a prescrite d’observer à ses Apôtres et disciples et à leurs successeurs pour prêcher la loi du Christ et attirer tous les hommes à la religion véritable. Le Christ lui-même a agi de la sorte, et, après lui, les Apôtres, pour la conquête spirituelle du monde entier. » Commentant le même évangile, il écrit encore : « Le Christ a demandé à ses Apôtres de prêcher l’Évangile à ceux qui seraient librement disposés à les écouter ; mais pas de forcer ou de molester ceux qui s’y refuseraient. (…) Il est donc clair que le Christ n’a donné à personne le pouvoir de contraindre ou de molester les infidèles qui se refusent à écouter la prédication de la foi ou à accueillir les prédicateurs sur leur territoire. » Las Casas déduit tout cela de la recommandation que fait Jésus à ses disciples de se comporter non pas comme des loups mais comme des agneaux au milieu des loups, et aussi d’aller dans toutes les villes et localités en laissant libres les habitants d’accueillir ou non leur annonce de l’évangile.

Le message de Dieu est un message de paix et de joie pour tous. « Voici que je dirige vers vous la paix comme un fleuve », annonce le prophète Isaïe ; et Jésus proclame : « La paix soit avec vous ! Le Règne de Dieu est tout proche de vous ! Réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux ! » Trop de gens manquent de paix et de joie ! Le Royaume de Dieu s’approche quand l’amour l’emporte sur les affrontements et les horreurs des guerres et de la haine, quand des artisans de paix se lèvent, en avant de Jésus, comme des agneaux, pour annoncer l’urgence de la réconciliation entre les ennemis, pour crier que tous sont aimés par Dieu. L’Amour de Dieu est un torrent qui déborde pour tous. Sa tendresse est comme celle d’une mère pour ses enfants. Ainsi parle Isaïe : « Vous serez comme des nourrissons que l’on prend dans les bras, que l’on embrasse et caresse, sur les genoux. Vous serez consolés, et votre cœur se réjouira ! » Le message de Dieu est aussi un appel à la joie : Réjouissez-vous, soyez dans la joie… Réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux ! Heureux les artisans de paix et de joie car Dieu les considère comme ses enfants et leurs noms sont à jamais inscrits dans son cœur de Père !

Fr. Dominique CHARLES, o.p.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Parole et vie

Les autres thèmes